Crimes médicaux de guerre, leurs traces et leur (difficile) mémoire en Alsace, 1940-2022

Lors de la séance du 8 février,  nous avons reçu le professeur Christian Bonah, SAGE, UMR 7363, Université de Strasbourg.

Considérant les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, perdus après la Première Guerre mondiale (1914-1918) et le traité de Versailles de 1919, comme allemands, Hitler annexe de facto ces territoires, au mépris du droit international. En mai 1941, en Alsace annexée, les SS créent un camp de concentration sur les hauteurs de la vallée de la Bruche au lieu-dit du Struthof. Après seize mois de préparatifs, de travaux de rénovation et de modernisation à grands frais en pleine guerre, la Reichsuniversität Straßburg (RUS) est inaugurée le 23 novembre 1941. Alors que tout semble les opposer (localisation, structure et finalité), la faculté de médecine de la RUS et le KL Natzweiler tissent des liens divers et multiples, en fonction de besoins respectifs, selon une interdépendance souhaitée et rationalisée.

L’évolution du contexte géopolitique et militaire en Europe entraîne une radicalisation de la recherche biomédicale nazie entre 1939 et 1945. Dès 1942, les expérimentations au sein des camps de concentration prennent plus d’ampleur et la mortalité devient plus forte. Entre 1942 et 1944, August Hirt, Otto Bickenbach et Eugen Haagen se servent de détenus du KL Natzweiler pour leurs recherches. Leurs travaux scientifiques, qui incluent la mise à mort délibéré de détenus, se déroulent d’une part dans une « station expérimentale » établit au sein de l’infirmerie du camp et mènent, d’autre part, à la construction d’une chambre à gaz conçue d’abord comme un dispositif médical. Les médecins allemands cherchent au moment de leur fuite d’effacer les traces de leurs travaux criminels.

Au moment de la libération de Strasbourg et de la découverte du camp en novembre 1944, les services de recherche français des criminels de guerre ouvrent rapidement, en décembre 1944, une enquête judiciaire qui cherche à établir des traces des expérimentations criminelles afin de les instruire en vue d’un possible procès contre Hirt, Haagen et Bickenbach ainsi que leurs proches collaborateurs. En partant des archives des enquêtes judiciaires et des objets-traces de l’instruction judiciaire, la présentation cherche à revenir sur les étapes successives des effacements puis de l’établissement des traces des crimes de guerre médicaux (1944-1955) commis à Strasbourg, puis de leur oubli dans les années 1950 et de leur recherche à nouveaux frais dans le cadre de la période du « réveil mémoriel » des années 1980-1990.

(Illustration : https://collections.ushmm.org/search/catalog/pa8171 – Domaine public)



Citer ce billet
FXN (2023, 9 février). Crimes médicaux de guerre, leurs traces et leur (difficile) mémoire en Alsace, 1940-2022. Traces de guerre. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/us74

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.