Séminaire traces de guerre Programme 2017-2018

« Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques »

Programme pour l’année universitaire 2017-2018 = 9 séances de 3h + 1 de 2h

Le mercredi de 17h à 20h

Première heure réservée aux étudiants inscrits

Salle F 603

Université Paris 1 centre Sorbonne –14 rue Cujas, 1er étage

Responsables du séminaire :       Corine Defrance (CNRS), François-Xavier Nérard (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Fabrice Virgili (CNRS), Éva Weil (psychanalyste)

Depuis plusieurs années, notre séminaire interroge les « traces » des guerres du XXe siècle, mais aussi d’autres formes de conflits telles les révolutions, les répressions ou encore les génocides et grands massacres de masse. Ces traces, nous les envisageons sous les formes les plus variées : traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la fiction ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre.

Penser les marques des conflits nous conduit également à réfléchir aux voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour y mettre fin et parfois assurer le rapprochement voire la réconciliation entre populations ou entre nations (procès, réparations, travail sur le passé, commémorations…). Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ?

Pour répondre à ces questions, ce séminaire est non seulement interdisciplinaire mais convie d’autres « praticiens » de l’Histoire : juristes, artistes, réalisateurs, psychanalystes, archivistes ou conservateurs… Il vise également à mettre les étudiants en situation, d’une part en encourageant le débat avec nos intervenants, d’autre part en examinant sur le terrain certaines des traces matérielles de ces conflits.

20 septembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

– Présentation du séminaire (1h)

– Richard Jezierski, directeur du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane

⇒ Diriger un centre de mémoire sur un lieu de massacre

 

27 septembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Elena Volochine (sous réserve)

⇒ Documentaire Le choix d’Oleg

 

11 octobre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Alessandro Stella

Années de rêve et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, 2016

 

18 octobre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Laurence Bertrand-Dorléac

⇒ Les images d’une guerre à l’autre

 

15 novembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Francisco Peña Torres, avec Hortense Faivre d’Arcier Flores

⇒ Traces de la guerre interne au Chili, le camp de prisonniers de Chacabuco

 

22 novembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Victoria Potapova

⇒ Les traumatismes générationnels

 

 

29 novembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Jochen Böhler

⇒ Guerre et violence en Pologne

 

6 décembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

Matthias Gemählich

⇒ Les Français et le procès de Nuremberg

 

13 décembre 2017 – [17h-18h] puis 18h-20h

– Bilan du séminaire (1h)

– Negar Djavadi

Désorientale, Paris, Liana Levi, 2016

 

+ Séance commune éventuelle avec séminaire Littératures et musiques dans les relations internationales =

Séance supplémentaire au programme TdG

Jeudi 16 novembre de 17h à 19h

Sophie Baby et Michelle Gazier

⇒autour de l’ouvrage de Javier Cercas,  L’imposteur, Paris, Actes Sud, 2015

mercredi 25 janvier 2017 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 25 janvier de 17h30 à 19h30

MAISON DE LA RECHERCHE (28 rue Serpente 75006 Paris)

SALLE D035

Avec Pierre-Emmanuel Dauzat, traducteur

Séance commune avec le séminaire « Littératures et musiques dans les relations internationales : identités, transferts culturels et réception à l’époque contemporaine » de Anaïs Fléchet, Marie-Françoise Lévy et Antoine Marès, http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article998

 

mercredi 18 janvier 2017 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 18 janvier de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Andrea Erkenbrecher : « Oradour-sur-Glane, justice-mémoire-réparation »

http://www.oradour.org/

http://oradourhvr.fr/?m=201606

http://www.spiegel.de/einestages/oradour-sur-glane-massaker-im-zweiten-weltkrieg-a-974233.html

Andrea Erkenbrecher, « A Right to Irreconcilability ? Oradour-sur-Glane, German-French Relations and the Limits of Reconciliation after World War II », dans Birgit Schwelling (éd.), Reconciliation, Civil Society, and the Politics of Memory. Transnational Initiatives in the 20th and 21st Century, Bielefeld, Transcript, 2012, p. 167-199

https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2011-1-page-63.htm

Jean-Jacques Fouché, Oradour, Paris, Liana Levi, 2001

 

mercredi 14 décembre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 14 décembre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Brian Schiff, Université américaine de Paris

Professor Brian Schiff, Director of the The George and Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights and Conflict Prevention

Brian Schiff

Brian Schiff, the director of the Center and Associate Professor and Department Chair of Psychology, works with AUP faculty, students and the broader research community to provide cross-disciplinary scholarship on the contribution of the archives to the possibility of enduring peace and understanding.

https://www.aup.edu/profile/bschiff

https://www.aup.edu/sites/default/files/faculty_cv/Brian%20Schiff%20cv%20sept%2025%202014.pdf

https://www.aup.edu/academics/research-centers/center-for-study-genocide-human-rights-conflict-prevention

 

 

mercredi 7 décembre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 7 décembre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Anna Colin-Lebedev : « être et redevenir ancien combattant ; les vétérans d’Afghanistan en Ukraine, d’un conflit armé à un autre »

http://www.cercec.fr/anna-colin.html

https://blogs.mediapart.fr/anna-colin-lebedev/blog

« Back to War? Afghanistan Veterans in the Armed Conflict in Donbas », à paraître dans la Revue d’études comparatives Est Ouest http://www.academia.edu/23840514/Back_to_War_Afghanistan_Veterans_in_the_armed_Conflicts_in_Donbas

 

 

 

mercredi 30 novembre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 30 novembre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Marie-France Collard & Jacques Delcuvellerie, du Groupov

Pour préparer la séance :

– La cantate de Bisesero (4e partie et dernière du spectacle).
https://www.youtube.com/watch?v=gryw5QuT-ek
Sur Bisesero
http://chs.univ-paris1.fr/genocides_et_politiques_memorielles/?Bisesero-2

– Ubwoko
3e partie
https://www.youtube.com/watch?v=SxjYFFHI2TY
À partir de la 35′, un certain nombre de scènes qui utilisent des masques/marionnettes géantes.
À partir de 51’22 : une scène qui met en cause François Mitterrand et son fils.
À partir de 1h01′, une scène utilisant des images d’archives (difficiles à regarder) : huit minutes en silence. C’est l’irruption de l’image dans le spectacle.

– Sur le rôle des médias et l’aveuglement occidental
https://www.youtube.com/watch?v=DoRlX_LRe0w
À partir de 14.00, projection d’un extrait du JT d’Antenne 2 de Bruno Masure avec l’interview de J. Carbonare, le président de l’association Survie en janvier 1993. À regarder en entier.

Enfin, ou au début,

https://www.youtube.com/watch?v=wO06-qa1ffc&t=5017s
À 55′, le passage qui explique « l’enquête » de la journaliste : les morts interrompent les émissions TV des vivants (avril 1995).

Et aussi : l’intégralité su spectacle sur You Tube, en 4 parties :

Rwanda94 1-4 – Itsembabwoko (génocide) – Groupov

Rwanda94 2-4 – Mwaramutse (salutation matinale, littéralement « as-tu passé la nuit ») – Groupov

https://www.youtube.com/watch?v=DoRlX_LRe0w

Rwanda94 3-4 – Ubwoko (qui signifie plus ou moins « ethnie ») – Groupov

Rwanda94 4-4 – la Cantate de Bisesero – Groupov

Quelques références :

http://www.groupov.be/

http://www.maisondesmetallos.org/2015/07/22/l-impossible-neutralite

http://www.peripheries.net/article245.html

Hélène Dumas, Le génocide au village : le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, 2014

Jean Hatzfeld, Englebert des collines : récit, Paris, Seuil, 2014

Hippolyte & Patrick de Saint-Exupéry, La fantaisie des Dieux, Paris, Les Arènes, 2014

Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 22, avril-juin 2014, dossier Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas (dir), Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après

Jean-Pierre Chrétien & Marcel Kabanda, Rwanda, racisme et génocide : l’idéologie hamitique, Paris, Belin, 2013

Jean-Pierre Chrétien, Le défi de l’ethnisme : Rwanda et Burundi, 1ère édition 1997, Paris, Karthala, 2012

Patrick de Saint-Exupéry, Complices de l’inavouable : la France au Rwanda, nouvelle éd. rev. et augm., Paris, Les Arènes, 2009

Jean-Pierre Chrétien, Burundi 1972 : au bord des génocides, Paris, Karthala, 2007

Jean Hatzfeld, La stratégie des antilopes : récits, Paris, Seuil, 2007

Esther Mujawayo & Souâd Belhaddad, La fleur de Stéphanie. Rwanda, entre réconciliation et déni, Paris, Flammarion, 2006

Jean Hatzfeld, Une saisons de machettes : récits, Paris, Seuil, 2003

Jean-Pierre Chrétien (sous la dir. de), avec Jean-François Dupaquier, Marcel Kabanda, Joseph Ngarambe, Rwanda : les médias du génocide, avec Reporters sans frontières, nouvelle éd. rev. et augm., Paris, Karthala, 2002

Jean-Pierre Chrétien & Jean-François Dupaquier, L’Afrique des grands lacs : deux mille ans d’histoire, Paris, Aubier, 2000

Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie : récits des marais rwandais, Paris, Seuil, 2000

Alison Des Forges (dir.), Aucun témoin ne doit survivre. Le génocide au Rwanda, Human rights watch ; Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, Paris, Karthala, 1999

Gérard Prunier, Rwanda, le génocide, Paris, Dagorno, 1999

Colette Braeckman, Rwanda, histoire d’un génocide, Paris, Fayard, 1994

 

Documents disponibles à la BDIC sur le génocide rwandais :

http://www.bdic.fr/pdf/Genocide_rwandais.pdf

mercredi 23 novembre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 23 novembre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Jean-Clément Martin, historien, professeur émérite

Quelques références :

Jean-Clément Martin, Un détail inutile. Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794, Paris, éditions Vendémiaire, 2013

https://www.academia.edu/26785248/Quand_faut-il_parler_de_cruaut%C3%A9_Les_peaux_tann%C3%A9es_de_la_Vend%C3%A9e_1793

https://www.academia.edu/23800529/Que_faire_des_ossements_de_la_bataille_du_Mans_d%C3%A9cembre_1793_

https://www.academia.edu/22399686/Massacres_tueries_ex%C3%A9cutions_et_meurtres_de_masse_pendant_la_R%C3%A9volution_quelle_analyse_

https://www.academia.edu/12809082/Peut-on_parler_dun_g%C3%A9nocide_en_Vend%C3%A9e_

mercredi 9 novembre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 9 novembre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Vanessa Voisin, sur le thème  « Vers une histoire connectée des procès de criminels de guerre et criminels contre l’humanité en Europe centrale et orientale, 1943-1991 »

Quelques références :

http://www.cairn-int.info/article-E_RHMC_545_0007–global-history-connected-histories.htm

D. Bankier, D. Michman (dir.), Holocaust and justice: representation and historiography of the Holocaust in post-war trials, Jerusalem, Yad Vashem; Berghahn Books, 2010.

N. Frei (dir.), Transnationale Vergangenheitspolitik: Der Umgang mit deutschen Kriegsverbrechern in Europa nach dem Zweiten Weltkrieg, Göttingen, Wallstein, 2006.

L. Israël, G. Mouralis (dir.), Dealing with Wars and Dictatorships. Legal Concepts and Categories in Action, La Haye, Springer, 2014.

N. Wouters (dir.), Transitional Justice and Memory in Europe (1945-2013), Cambridge, Intersentia, 2014.

mercredi 19 octobre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 19 octobre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Michael Lucken, sur le thème  « Nankin, Singapour, Manille : trois massacres, trois mémoires »

http://www.fayard.fr/les-japonais-et-la-guerre-9782213661414

http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=1&rub=comptes-rendus&item=93

 

mercredi 12 octobre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 12 octobre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 14 rue Cujas, 1er étage

Avec Annette Wieviorka, directrice de recherche émérite au CNRS, au sujet de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France pendant l’occupation, dite « mission Mattéoli ».

http://www.civs.gouv.fr/images/pdf/matteoli/Mission_Matteoli-rapport_final.pdf

http://www.culture.gouv.fr/documentation/mnr/MnR-matteoli.htm

 

Mercredi 5 octobre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 5 octobre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, galerie J. B. Dumas, esc. L, 1er étage

Nous recevrons Tatiana Kuzina, université Paris 8, EA 7322 « Littérature, histoires, esthétique » / Université Grenoble Alpes sur le thème : L’Objet et le modèle archéologique dans la création sur la Shoah

Le témoin, le témoignage et la transmission constituent le centre des réflexions sur l’écriture de la Shoah, de sorte que toute œuvre qui rend ces notions moins opérationnelles se trouve classée dans les marges. Ce travail propose de changer de perspective en se concentrant sur ces marges et en supposant la présence d’un modèle mémoriel alternatif. Il s’appuie sur un corpus littéraire et plastique qui actualise le sujet de la Shoah grâce aux objets et propose d’examiner leur capacité de résonner à l’intérieur d’une œuvre concrète et dans l’ensemble de la création, de relever leur potentiel combinatoire et de voir comment s’articule leur absence. Se pose également la question de l’inscription de la photographie analogique dans les textes : à la fois objet et image, elle apparaît
comme un élément constitutif de l’intrigue et permet de rappeler les disparus dans un contexte post-événementiel, sans toutefois accroître la visibilité et l’accessibilité du passé. Le caractère opaque et intègre des objets présents dans la création sur la Shoah les dote d’une valeur autonome et conduit à une réévaluation des rapports entre le personnage-témoin, le narrateur et le lecteur. Dans ce modèle, la présence du témoin n’est pas déterminante pour l’évocation du passé : c’est un personnage de la quête menée par le narrateur. Ce dernier revêt le rôle d’archéologue : il explore son présent, repère
des résidus du passé, les décrit et tente de les interpréter, sans jamais aboutir à un récit cohérent. La création s’ouvre ainsi à un troisième acteur de la mémoire : elle émancipe le lecteur en l’invitant à formuler le sujet de l’œuvre et à devenir un véritable acteur du modèle archéologique.
Œuvres littéraires
APPELFELD, Aharon, Histoire d’une vie (1999), traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2004.
APPELFELD, Aharon, L’Immortel Bartfuss (1983), traduit de l’hébreu (Israël) par Sylvie Cohen, Paris, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2005.
COHEN, Marcel, Sur la scène intérieure, Paris, Gallimard, 2013.
FOER, Jonathan Safran, Tout est illuminé, traduit de l’anglais (États-Unis) par Jacqueline Huet et Jean- Pierre Carasso, Paris, le Seuil / Editions de l’Olivier, 2003.
GARY, Romain (AJAR, Émile), La Vie devant soi, Mercure de France, 1975.
GARY, Romain, La Danse de Gengis Cohn, Paris, Gallimard, 1967.
HESSE, Thierry, Démon, Paris, Éditions de l’Olivier, 2009.
KERTÉSZ, Imre, Le Chercheur de traces (1977), traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba, Arles, Actes Sud, 2003.
MENDELSOHN, Daniel, Les Disparus, traduit de l’américain par Pierre Guglielmina, Paris, Flammarion, 2007.
MODIANO, Patrick, Dora Bruder (1997), Paris, Gallimard, 1999.
OZICK, Cynthia, Le Châle, traduit de l’anglais par Jean-Pierre Carasso, Paris, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 1991.
PEREC, Georges, W ou le souvenir d’enfance, Paris, Denoël, 1975.
SEVELA, Ephraïm, « Subbotnie podsvečniki » [Les Chandeliers du samedi], in Popugaj, govorâŝij na idiš [Le perroquet qui parle le yiddish], Moskva, Žizn’, 1992.
YUDSON, Mikhaïl, Lestnica na škaf : Skazka dlja èmigrantov [L’Échelle pour monter sur l’armoire : Conte pour les émigrés], Moskva, OGI, 2005.
Œuvres plastiques
BOLTANSKI, Christian, Personnes, 2010, installation temporaire présentée au Grand Palais, Paris, France.
BOLTANSKI, Christian, Réserves, Canada, 1988, collection du Centre Pompidou, Paris, France.
BOLTANSKI, Christian, Réserves du Musée des Enfants I, 1989, collection du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, France.
GISINGER, Arno, Archéologie, 2005 (réalisé entre 1994 et 2004).
GISINGER, Arno, Inventarisiert, 2006 (réalisé en 2000), Museen des Mobiliendepots, Vienne, Autriche.
SHALEV-GERZ, Esther, Menschen Dinge [L’Aspect humain des choses], 2010 (réalisé entre 2004 et 2006), collection du Mémorial de Buchenwald, Weimar, Allemagne.
Quelques références bibliographiques
APPELFELD, Aharon, L’Héritage nu (2004), traduit de l’anglais par Michel Gribinski, Paris, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2006.
BERGSON, Henri, Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit (1896), Paris, Presses Universitaires de France, 1965.
BOISSINOT, Philippe, « Archéologie et incertitude », article issu de la table ronde « Incertitude et connaissances en SHS : production, diffusion, transfert » qui s’est tenue à la MSHS Sud-Est de Nice en juin 2014, publié sur le site du laboratoire « Traces » (UMR 5608), Nice, 2015.
CARAION, Marta, Usages de l’objet : Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2014.
CHKLOVSKI, Victor, L’ Art comme procédé (1917), traduit du russe et annoté par Régis Gayraud, Paris, Allia, 2008.
GUMBRECHT, Hans Ulrich, Éloge de la présence. Ce qui échappe à la signification (2003), traduit de l’anglais (États-Unis) par Françoise Jaouën, Paris, Libella – Maren Sell Éditions, 2010.
JURGENSON, Luba, L’Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?, Paris, Éditions du Rocher, 2003.
KIŠ, Danilo, Le résidu amer de l’expérience, entretiens traduits du serbo-croate par Pascale Delpech, Paris, Fayard, 1995.
OLIVIER, Laurent, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, Seuil, 2008.
PEREZ, Jean-Marie, L’archéologie : mutations, missions, méthodes (1997), Paris, Armand Colin, 2007.
RANCIÈRE, Jacques, Le Spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, 2008.
SAMOYAULT, Tiphaine, L’Intertextualité. Mémoire de la littérature (2001), Paris, Armand Colin, 2010.
SCHAEFFER, Jean-Marie, L’Image précaire. Du dispositif photographique, Paris, Éditions du Seuil, 1987.
TISSERON, Serge, Comment l’esprit vient aux objets, Aubier, 1999.
WAJCMAN, Gérard, L’Objet du siècle, Lagrasse, Verdier, 1998.

Mercredi 21 septembre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 21 septembre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, galerie J. B. Dumas, esc. L, 1er étage

Fabrice Virgili conduira une visite de terrain sur les traces de la Libération dans le Quartier Latin.

Pour préparer la séance :
Actualités du 24 août 1945 sur le site de l’INA

http://www.ina.fr/video/AFE86004445

time code : 2’35-6’04

XXe et XXIe siècles