«All quiet on Eastern Front»?

From mythologisation of the battlefields to (non) remembrance of war : the case of Galicia and Polish lands.

Le 13 novembre, nous aurons l’honneur d’accueillir un collègue de l’Université Jagellone de Cracovie, la plus ancienne de la ville.

Kamil Ruszała est maître de conférences au département d’histoire contemporaine de la Pologne. Il est spécialiste d’histoire de l’Europe centrale et orientale aux XIX et XX siècles. Son dernier livre, Wielka Wojna w małym mieście. Gorlice w latach 1914–1918, (La grande guerre dans une petite ville : Gorlice entre 1914 et 1918) a été publié à Cracovie en 2015. Il a également co-dirigé Intellectuals and the First World War. A Central European Perspective, Kraków 2018 (avec Tomasz Pudłocki) et Doświadczenia żołnierskie Wielkiej Wojny, Kraków 2017, (L’expérience des soldats pendant la Première Guerre mondiale avec Michał Baczkowski). 

Voici une présentation (en anglais) de son intervention :

Continuer la lecture de «All quiet on Eastern Front»?

Tchétchénie : guerre sans traces et mémoires sous contrainte

Lors de sa séance du 6 novembre, le séminaire “Traces de guerre et de conflits” accueillera Anne Le Huérou. Anne est maîtresse de conférences à l’Université de Paris Nanterre : elle enseigne au Département d’Etudes Slaves – UFR LCE et est chercheuse au laboratoire ISP (Institut des sciences sociales du politique).

Elle organise, avec d’autres, le colloque “1989 à l’Est” qui aura lieu les 7 et 8 novembre à Paris.

Son intervention portera sur la mémoire des guerres de Tchétchénie.

Continuer la lecture de Tchétchénie : guerre sans traces et mémoires sous contrainte

Guerre étrangère et guerre civile dans les politiques mémorielles chinoises depuis 1989

Le 23 octobre, le séminaire poursuivra ses activités en accueillant Victor Louzon. Agrégé et docteur en histoire, diplômé de Sciences Po et des Langues O, il est actuellement maître de conférences à Sorbonne Université et chercheur à SIRICE

La République populaire de Chine est née de la guerre – mais de laquelle ? La mémoire officielle a longtemps fait une place centrale à la date de 1949, date de fondation du régime et fin d’une série de guerres civiles commençant dans les années 1920 et culminant avec la “guerre de libération” de 1946-1949. La “guerre de résistance contre le Japon” (1937-1945), cruciale pour le pedigree patriotique du régime, restait “diluée dans une geste révolutionnaire” (D. Serfass) plus vaste. Cette hiérarchie s’est renversée à partir de la fin des années 1980, la guerre contre le Japon occupant désormais le premier rang dans les politiques mémorielles, dans un contexte marqué par la montée du nationalisme, la globalisation des régimes de mémoire et un dégel des relations avec le Kuomintang réfugié à Taiwan (la société insulaire connaissant, dans le même temps, une transformation profonde de son rapport à la guerre sino-japonaise). Sans bouleverser ce nouveau récit, le recentrage du discours officiel sur le Parti (par opposition à l’Etat) depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping lui fait subir certaines inflexions.

Belchite, un village-fantôme de la Guerre d’Espagne (1937 à nos jours)

Nous aurons, le mercredi 16 octobre, le plaisir de recevoir Stéphanne Michonneau, professeur à l’Université de Lille.

Photo : S. Michonneau (c)

Belchite, bourg situé en Aragon, fut le théâtre d’une bataille majeure de la Guerre d’Espagne en août 1937. L’agglomération fut largement détruite, ce qui la promettait à une reconstruction après-guerre. Cependant, le général Franco prit la décision inédite de conserver le village en ruines, et de promouvoir la construction d’un nouveau village en aval du premier. Ces ruines furent l’objet d’un usage politique et commémoratif intense de la part du régime autoritaire. Mais à partir des années 1960, l’exploitation politique du vieux village baissa en intensité, relayée à partir des années 1980 par des politiques de patrimonialisation. La mise en tourisme intervint à partir des années 2000, convertissant Belchite en un parc thématique d’une guerre civile uniquement considérée sous l’angle de la victimisation des populations civiles.

Illustration : (c) Sònia Pereda – Licence CC BY-NC-ND 2.0

Les Traces de la guerre d’Algérie. Le déminage et la longue sortie de guerre, de 1962 au présent

Malika Rahal est chargée de recherches au CNRS, elle travaille au sein du laboratoire IHTP. Nous aurons l’honneur de la recevoir lors de la séance du 25 septembre.

Son intervention portera sur l’histoire de la destruction des millions de mines anti-personnels posées par l’armée française à la frontière entre l’Algérie et la Tunisie pendant la guerre d’indépendance. Ce chantier a duré près de 50 ans, il a été déclaré officiellement achevé fin 2016 !

Voir par exemple cet article d’Algérie Presse Service, l’agence de presse nationale ou celui-ci, publié dans La Croix ou dans le Monde.

Programme du séminaire pour 2019

Le séminaire reprend cette année le 18 septembre. Comme d’habitude, une première partie de chaque séance, de 17 à 18 h, est réservée aux étudiants de master inscrits. Puis à 18 h, et jusqu’à 20 h, nous recevrons un.e invité.e. Cette partie du séminaire est ouverte à toutes et à tous, “dans la limite des places disponibles.”

18 septembre

  • Guillaume Ancel (ancien lieutenant-colonel)
    • Pour que le silence ne devienne pas amnésie : quelles traces de guerre peut laisser un ancien militaire ?

25 septembre

  • Malika Rahal (CNRS)
    • Les Traces de la guerre d’Algérie. Le déminage et la longue sortie de guerre, de 1962 au présent.

2 octobre

  • Ruth Zylberman (Documentariste)
    • Les enfants du 209 rue Saint-Maur, Paris Xe

16 octobre

  • Stéphane Michonneau (Université de Lille)
    • Belchite, village-fantôme de la guerre d’Espagne (1937 à nos jours)

23 octobre

  • Victor Louzon (Sorbonne Université)
    • Guerre étrangère et guerre civile dans les politiques mémorielles chinoises depuis 1989

6 novembre

  • Anne Le Huérou (Université Paris Nanterre)
    • Enjeux et conflits autour des traces et de la mémoire des guerres de Tchétchénie

13 novembre

  • Kamil Ruszala (Jagiellonian University – Cracovie)
    • All quiet on Eastern Front»? From mythologisation battlefields into (non)remembrance of war: case of Galicia and Polish lands

27 novembre

  • Florence Rasmont (Université Libre de Bruxelles) 
    • Mémoires publiques du génocide tutsi et de la guerre civile au Rwanda (1994-2003)

4 décembre

  • Elise Julien (Sciences Po Lille)
    • Un siècle d’entretien des tombes de guerre par le VDK : entre deuils privés, intérêts politique et mission de service public

11 décembre

  • Gérôme Truc (CNRS)
    • Traces d’attentats : mémoire des lieux et lieux de mémoire des attentats du 11 mars 2004 à Madrid et du 13 novembre 2015 à Paris

Pour que le silence ne devienne pas amnésie, quelles traces de guerre peut laisser un ancien militaire ?

La nouvelle année du séminaire commencera par une rencontre avec Guillaume Ancel, ancien lieutenant-colonel de l’armée française. Fin juin 1994, le capitaine Guillaume Ancel, alors officier de la Force d’Action rapide, est détaché au sein d’une unité de Légion étrangère. Il participera à l’opération Turquoise engagée par la France pour “mettre fin aux massacres.”

Très vite G. Ancel a des doutes concernant les véritables motivations de l’opération française. Il ne sort pourtant du silence que très progressivement d’abord en écrivant un roman, puis en intervenant dans le débat public. En 2018, il publie un témoignage fondamental, fondé sur son expérience de terrain.

Le rôle de la France dans l’un des génocides du XXe siècle fait débat depuis plusieurs années. La commission Duclert  mise en place en avril dernier par Emmanuel Macron est chargée d’étudier toutes les archives françaises sur la question. 

Le regard de Guillaume Ancel est absolument essentiel. Il est celui d’un homme de terrain, d’un militaire au coeur de l’opération Turquoise.

 

Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Voyage d’étude et de recherche, 4-9 juin 2018

Réalisé avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

Guerre et conflit, voilà deux termes que l’on ne saurait employer au passé au sujet de l’Ukraine. Depuis 2014, l’Est du pays est déchiré par un conflit armé qui voit s’affronter l’armée ukrainienne et des forces sécessionnistes dans la région du Donbass, frontalière de la Russie.

L’histoire joue un rôle non négligeable dans la cristallisation, si ce n’est l’explosion, du conflit. La mémoire de la Seconde Guerre mondiale a été largement invoquée par les deux camps. Les uns, séparatistes du Donbass, accusant les autres – le pouvoir à Kiev et ses alliés – d’être des héritiers des nationalistes de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, un temps collaborateurs des nazis et combattants après 1943 contre les forces de l’Armée rouge.

La guerre marque ainsi profondément la société ukrainienne. On peut en lire les traces dans l’espace public à Kiev que nous visitons pourtant quatre ans après le début de la guerre.

La guerre du Donbass 

Tout débute vraiment au cours de l’hiver 2013-2014, avec les manifestations de l’EuroMaïdan, sur la place de l’Indépendance au cœur de Kiev qui conduisent à la fuite puis à la destitution du président Victor Ianoukovytch le 23 février 2014, au profit d’un gouvernement pro-européen formé par Arseni Yasteniouk le 27 février. Cette place occupée alors plusieurs mois et où les affrontements ont provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes est depuis devenue, en partie, un espace commémoratif évolutif. Les premiers autels en l’honneur des victimes, spontanément érigés par des proches et des militants, ont été progressivement ordonnés, institutionnalisés. Photographies, fleurs, objets personnels sont présents et témoignent d’un recueillement toujours d’actualité.

À la différence de la Révolution orange de 2004, la crise ne se dénoue pas. Le pays ne se stabilise pas. La Crimée est annexée par les Russes entre la fin février et la fin mars. Début avril 2014, les meetings d’opposition aux changements du gouvernement central virent à l’insurrection dans plusieurs régions de l’Est de l’Ukraine. Des bâtiments gouvernementaux sont pris d’assaut. Dans les deux provinces de Donetsk et Lougansk des républiques indépendantes sont proclamées. C’est l’origine d’un conflit armé extrêmement violent et durable. Malgré les tentatives de négociations – accords de Minsk – et un cessez-le-feu instable, la guerre continue dans l’Est de l’Ukraine. Fin 2017, le haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme avance le nombre de 10 303 morts, dont au moins 2 523 civils, et de 24 778 blessés[2], sans parler des nombreuses atteintes aux droits de l’Homme, par les deux camps, et des centaines de milliers de civils déplacés. 


À Kiev, on ne ressent pas cet état de guerre par les détériorations matérielles ou les traces de violences militaires. Pour autant, même à des centaines de kilomètres du front, en plein cœur de la capitale, on sait que le pays est bien en guerre. Des soldats que l’on croise, dont certains probablement en permission, aux affiches du métro louant leur dévouement, en passant par des mémoriaux improvisés, la guerre n’est pas là avec toute sa violence, mais elle a déposé, au cœur de la capitale, et probablement dans le reste du pays, une empreinte symbolique, des traces palpables de guerre et de conflit. On assiste également à un processus d’officialisation de la commémoration des ces événements. C’est le cas au musée de l’Histoire de l’Ukraine dans la Seconde Guerre mondiale, devant lequel se trouve un char aux couleurs ukrainiennes. Dans l’entrée est exposé un cube de plexiglas rempli de douilles de munition, une par victime du conflit. C’est également le cas hors de la capitale, à Zhytomyr où, par exemple, une salle du musée d’histoire locale est consacrée au conflit. Un monument a aussi été érigé à l’entrée de la ville. 

Les héros du Donbass, Musée de Berditchev
Affiche dans le métro de Kiev

La guerre que connaît aujourd’hui l’Ukraine, dans sa partie orientale, s’inscrit dans une longue série d’événements meurtriers qu’a connus le pays au XXesiècle et qui constitue l’objet principal de notre voyage d’étude : la Grande famine de 1932-1933 – désignée en Ukraine sous le nom de Holodomor depuis la fin des années 1980 –, les purges staliniennes, la Grande Guerre patriotique, la Shoah.

Les formes d’engagement des femmes dans le conflit en Ukraine orientale

Pour la dernière séance au cours de laquelle nous accueillerons une invitée, nous aurons le plaisir de recevoir Ioulia Shukan. Elle est maître de conférences en études slaves à l’Université Paris Nanterre. Elle est chercheuse rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR7220). Sociologue, elle se spécialise sur l’Ukraine en étudiant aussi bien les élites politiques que les mobilisations citoyennes. Depuis l’éclatement du conflit dans l’Est du pays, elle s’intéresse aux façons dont la citoyenneté ordinaire et ses pratiques sont mises à l’épreuve par la guerre. Elle tient un blog passionnant sur ses recherches de terrain.

Au cours de cette séance, elle nous présentera les résultats de ses recherches sur l’une des formes de mobilisation des femmes ukrainiennes, à l’arrière du conflit armé dans le Donbass, qu’est l’assistance aux blessés militaires.

À partir d’une enquête ethnographique à l’hôpital des armées de Kharkiv, à l’est de l’Ukraine, auprès des femmes bénévoles du groupe « Sœur de la miséricorde ATO/Kharkiv », elle présentera les modalités de leur agir en commun dont le périmètre est délimité par les dysfonctionnements du système de soins des armées (surveillance des hospitalisés, assistance logistique et alimentaire, services de petites collations, organisation de loisirs, soutien moral et psychologique, collecte de donations).

Elle analysera également les ressorts de l’engagement de ces femmes, les attachements qui circulent à travers leurs pratiques de soin, ainsi la citoyenneté qui se profile derrière cette forme particulière de bénévolat. Elle interrogera aussi l’impact au long cours de la guerre sur les trajectoires biographiques individuelles et collective de ces femmes, ainsi que les défis que la routinisation du conflit armé pose à leur action.

Préserver les traces de la Guerre froide

Le 28 novembre, nous aurons le plaisir de recevoir Axel Klausmeier, directeur de la fondation “Le mur de Berlin” et de son musée. Son intervention sera en anglais.

The Berlin Wall was the Icon of the Cold War. It symbolized the divided world until its political fall in November 1989. Today, not much is left of its once 155 kilometer-long structure, although it is famous all over the world.

The story of the bloodless revolution that led to the sudden fall of the Wall on 9 November 1989 has often been told. In spite of warning voices, there was a broad consensus in favour of clearing away the hated border surrounding West-Berlin as thoroughly as possible. Official demolition, carried out mostly by GDR Border Guards, began on 13 June 1990, in Bernauer Strasse, and was largely completed by the 3 October 1990, the day of German reunification. Thanks to efforts initiated by GDR Institute for Heritage Conservation as early as December 1989, and continued by the Berlin State Conservation Authority, a total of seven sections of the Wall and other border installations were listed and have been preserved as officially designated Historic Monuments by 1992. By 2011, this number had risen to 27, following intensive field research in and around Berlin.

Whilst Berliners and their politicians had, all through the 1990s, mostly tried to forget the time of the division and to ignore the remnants and scars of the Wall in their city, the early 21st century has seen the rise of a new awareness of the Wall‘s significance, culminating in celebrations of the 20th anniversary of the fall of the Wall. The Stiftung Berliner Mauer (Berlin Wall Foundation), funded in 2008 jointly by the Federal Republic of Germany and the Land of Berlin, and its Landscape of Memory and Documentation Centre in Bernauer Strasse, both of which grew out of a private initiative in the 1990s, are a result of this new policy. Today, the Berlin Wall Foundation is responsible for looking after four prominent former Wall sites with a total of approximately 4 Million visitors a year.

How are these precious physical remains being treated? What stories are being told in a World of an ever-greater number of new Walls? What does the Berlin Wall stand for today?

La mutinerie de Villefranche de Rouergue : 17 septembre 1943

Mercredi 21 novembre, nous recevrons Xavier Bougarel. Il est chargé de recherches HDR au CNRS, rattaché au CETOBAC, le Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques de l’EHESS. Ses recherches portent l’islam en Bosnie-Herzégovine et dans l’Europe du Sud-Est et sur les guerres dans cet espace et notamment en Bosnie-Herzégovine (Seconde Guerre mondiale et guerre de 1992-1995). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Survivre aux empires. Islam, identité nationale et allégeances politiques en Bosnie-Herzégovine.

Il interviendra sur les recompositions mémorielles et les circulations archivistiques autour d’un événement de 1943.

Le 17 septembre 1943, un bataillon de la Waffen-SS se mutinait dans la ville de Villefranche-de-Rouergue. Ce bataillon appartenait à la 13edivision SS dite « Handschar », composée d’un encadrement allemand et d’une troupe musulmane et, plus marginalement, catholique originaire de Croatie. D’emblée, cet évènement a donné lieu à deux perceptions différentes, l’une française percevant la mutinerie de l’extérieur, et une allemande la décrivant de l’intérieur. Les documents produits à cette époque vont alimenter une circulation archivistique qui n’a pas cessé depuis. Dans l’immédiat après-guerre, une commémoration franco-yougoslave de l’évènement s’est mise en place, avant que la Yougoslavie socialiste ne s’en désengage dans les années 1950.Une commémoration française s’est par contre maintenue, associant autorités municipales et associations d’anciens résistants, et à peine perturbée par les activités parallèles de certaines associations croates.

Monument inauguré en 2006

L’effondrement de la Yougoslavie dans les années 1990 a par contre provoqué une recomposition mémorielle profonde et conflictuelle, avec l’émergence d’une mémoire croate hégémonique et d’une mémoire bosnienne subalterne, l’éclatement d’un grave conflit entre la municipalité et l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) et la résurgence tardive d’une mémoire allemande. Cette recomposition mémorielle s’est doublée de nouvelles pratiques commémoratives et de la mobilisation de nouvelles archives par divers historiens professionnels ou amateurs. Le cas de Villefranche-de-Rouergue montre donc que les mémoires de la Seconde Guerre mondiale restent vives et conflictuelles, en ex-Yougoslavie comme en France, que leurs enjeux s’imbriquent et se répondent au-delà des frontières, et que l’incomplétude des archives est la condition de l’imagination historique.

Mémoires de pierre et d’acier

Mercredi 14 novembre, nous aurons le plaisir d’accueillir M. Jesus ALONSO CARBALLÉS, professeur à l’Université Bordeaux Montaigne. Il nous parlera des monuments dédiés aux victimes de la guerre civile espagnole au Pays basque.

Les politiques symboliques autour de la mémoire de la guerre civile espagnole ont été centrales dans la légitimation de la dictature franquiste pendant presque quarante ans. Depuis quelques décennies, on assiste, néanmoins, à un processus de remise en question de cet héritage et au retour en force d’une mémoire républicaine qui essaie de se frayer un chemin au sein de la société espagnole. Dans le deux cas, les monuments, en pierre sous le franquisme, souvent en acier dans la période démocratique, se situent au cœur des systèmes symboliques mises en place visant à garder présent la trace de la guerre et de ses conséquences dans l’espace public.
Dans notre intervention nous reviendrons sur ces processus mémoriels à partir de l’étude du cas du Pays basque. D’abord en analysant l’importance des monuments franquistes, ensuite en étudiant la vague de monuments érigés récemment en mémoire de victimes républicaines, une sorte de revanche mémorielle qui ne laisse nulle place pour une récupération critique du passé. Or, après plus de quarante ans passés à remémorer uniquement les victimes franquistes, comment passer à une mémoire commune de paix sans que les victimes républicaines aient eu, elles aussi, leur deuil collectif ?

Monument en mémoire des victimes républicaines


Notre invité analysera dans son intervention cette sorte de mouvement pendulaire de la mémoire. Si les victimes franquistes étaient omniprésentes jusqu’à la fin des années soixante-dix, les victimes républicaines ont suivi le chemin inverse en passant des profondeurs de l’oubli auquel elles furent condamnées sous la dictature à une visibilité indiscutable aujourd’hui.
Dans ce processus les monuments commémoratifs, médiateurs privilégiés du présent avec le passé, constituent de marqueurs notables du poids de la mémoire des victimes de la guerre au sein des sociétés contemporaines, une trace analysée ici comme la preuve saillante de l’exercice du pouvoir dont le message est toujours sélectif et comporte une imposition idéologique au service des objectifs présents.

Traumatisme, histoire et psychanalyse

La séance de cette semaine, mercredi 7 novembre, sera animée par Eva Weil, l’une des fondatrices du séminaire avec Robert Frank. Elle nous proposera une réflexion autour du traumatisme, objet commun à la psychanalyse et à l’histoire

Eva Weil est psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris.

Traces de la violence politique

Le 24 octobre 2018, nous aurons le privilège de recevoir la réalisatrice Carmen Castillo. Elle est l’auteur de plusieurs documentaires sur le Chili de Pinochet et notamment Rue Santa Fe et la Flaca Alejandra.

Présentation de notre invitée dans le livret du DVD de Rue Santa Fe

Carmen Castillo est née à Santiago du Chili. Historien, militante du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR), elle travaille à la Moneda auprès du Président Salvador Allende en 1970. Après le coup d’état militaire, le 11 septembre 1973, elle vit dans la clandestinité avec Miguel Enriquez, son compagnon et chef de la Résistance. Le 5 octobre 1974, la maison clandestine est prise d’assaut par les militaires, Miguel meurt. Carmen Castillo, enceinte, blessée, est emprisonnée et, après une vaste campagne internationale, expulsée du pays.

Réfugiée en France, elle travaille avec Agnès B, écrit des récits et réalise des films documentaires pour la télévision. Après la fin de la dictature en 1990, le Chili reste, pour elle, hostile et étranger. Depuis 2002, date où elle entreprend l’écriture et le travail du film Rue Santa Fe, elle vit en Paris et Santiago.

Affiche de la campagne internationale visant à la libération de Carmen Castillo.

Notre séance cherchera à voir comment le documentaire permet de dire les traces de la violence politique, aussi bien au niveau personnel, qu’historique.

XXe et XXIe siècles