Ancel

Un casque bleu chez les khmers rouges

Pour cette nouvelle séance, nous recevrons Guillaume Ancel, que nous avions déjà rencontré pour parler de son livre consacré à l’Opération Turquoise. Il viendra mercredi nous parler de sa mission au Cambodge au début des années 1990.

Guillaume Ancel est né à Lyon en 1965. Diplômé de Saint-Cyr, il est officier d’artillerie dans la Force d’Action Rapide.  Il intervient au Cambodge en 1992 comme chef de patrouille en jungle et négociateur chez les Khmers rouges, avant d’être missionné au Rwanda en 1994 pour l’opération Turquoise, pendant le génocide contre les Tutsi. Il rejoint Sarajevo en 1995 au sein d’une autre unité de légion étrangère pour guider les frappes aériennes. Il sera engagé en 1997 à Mostar, puis dans des opérations de lutte contre le terrorisme. Après les unités opérationnelles, il est diplômé de l’école de guerre au Collège Royal de Défense à Bruxelles, avant de s’occuper des restructurations de l’armée de terre pendant 4 ans.
Il quitte l’armée en 2005, comme lieutenant-colonel, et rejoint le monde des entreprises, où il s’occupe de transformation d’abord pour le groupe SNCF puis pour un groupe de protection… sociale, avant de de rejoindre le régime de retraite des salariés du privé, l’Agirc-Arrco, dont il est le directeur de la communication.

Il a publié aux Belles Lettres, dans la collection Mémoires de guerre, plusieurs ouvrages,  sur la mission de rétablissement de la paix au Cambodge, sur l’intervention de la France au Rwanda et sur le siège de Sarajevo. Guillaume Ancel est un des rares officiers de sa génération à avoir témoigné de ces opérations, ses prises de parole ont suscité de nombreux débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.