La Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi

Nous recevrons pour la première séance du séminaire, Vincent Duclert,  historien, chercheur titulaire au Centre d’études politiques et sociologiques Raymond Aron (EHESS-CNRS) et enseignant à Sciences Po. Il a présidé  la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994) – publié sur vie-publique.fr et par les soins des éditions Armand Colin, 

Un génocide comme celui des Tutsi au Rwanda est une catastrophe humaine surpassant toute crise internationale. Les pouvoirs mobilisés aux fins de destruction complète d’un groupe ethnique, religieux, national… atteignent une puissance sans commune mesure que la recherche, avec ses chercheurs, ses moyens, ses institutions, est absolument incapable d’affronter, d’autant qu’un génocide se réalise dans un contexte de guerre totale et dans des univers de violence extrême. De plus, la recherche agit sur des réalités observables, effectives. Lorsqu’elle se montre capable d’agir, le génocide est en cours voire déjà achevé. Le chercheur paraît impuissant et avec elle la recherche dans sa capacité à penser l’impensable, à nommer l’innommable, et à contribuer en conséquence une prévention possible des génocides. Les capacités d’anticipation des savoirs scientifiques sont limitées. Le génocide des Tutsi traduit cette impuissance de la recherche. Toutefois les chercheurs, à travers des formes d’engagements qui restent à définir, révèlent des possibles efficacité des savoirs – contraignant de se repenser et d’agir. Ce que démontre également, dans des limites certaines, le génocide des Tutsi au Rwanda.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.