Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Traces de guerre à Zhytomyr

7 juin 2018

Un char T34 soviétique surmonté d’un drapeau ukrainien sur la place centrale de Zhytomir

Zhytomyr est une ville médiévale parmi les plus vieilles d’Ukraine, sa fondation par un prince slave nommé Jitomir remonterait aux alentours de 884, mais, selon notre guide, professeur à l’université de Zhytomyr, la ville serait bien antérieure. La place du château marque le centre historique. On y trouvait des commerces, un marché, une église catholique et un tribunal. Aujourd’hui, cette ancienne place n’existe plus. Les premiers Juifs arrivèrent vers la fin du XVIIe siècle, selon notre guide, mais, selon d’autres sources, c’est au milieu du XVe siècle que se crée un quartier juif, en plein centre historique de la ville, avec une dizaine de rues, bordées de maisons de pierres de deux ou trois étages. Rien n’en subsiste plus, et un parc a été aménagé sur cet emplacement.

Le parc, sur l’emplacement de l’ancien quartier juif de la ville

Comme beaucoup d’autres villes et villages de la région, Zhytomyr a subi une succession d’invasions et de guerres menées par divers envahisseurs asiatiques et nord-européens. En 1569, Zhytomyr est devenue une partie du Royaume de Pologne. En 1793, elle fait partie de la Russie tsariste. En 1918, suite à la révolution russe, l’Ukraine connaît une brève période d’indépendance nationale, mais les Bolcheviks gagnent la guerre civile et l’Ukraine est l’une des Républiques fondatrices de l’Union soviétique. En juin 1941, l’Allemagne nazie envahit l’URSS. Zhytomyr devient le quartier général de Himmler. Les nazis exterminent la quasi-totalité des Juifs. 

Nous nous sommes rendus sur le lieu de cet ancien quartier, dont il ne reste qu’une évocation symbolique matérialisée par le tracé des allées du parc. Zhytomyr était un grand centre juif de l’Empire russe. La ville faisait partie de la  zone de résidence établie depuis le XVIIIesiècle, alors que le régime restreignait les libertés des Juifs. Les différents pogroms dont ils furent victimes au fil de l’histoire ont été rapidement évoqués durant la visite, essentiellement centrée sur la Shoah. À la fin du XVIIIesiècle, la ville comptait environ  60 000 habitants dont 35 000 Juifs – 30 738 Juifs en 1897 et 29 503 en 1939[8]. Dès juillet 1941, les nazis occupent la ville qui tombe presque sans combat. Contrairement à d’autres villes, le gouvernement soviétique d’Ukraine avait interdit son évacuation afin d’éviter la panique générale dans le reste du pays. Ainsi les habitants se sont-ils retrouvés brutalement aux mains des nazis. Le guide rappelle que les Anciens – en particulier les Juifs – de Zhytomyr n’avaient pas gardé un souvenir traumatisant de l’occupation allemande pendant la Première Guerre mondiale ; les Allemands avaient laissé une image d’hommes cultivés et courtois, contrairement au Nord de la France et à la Belgique ou le souvenir des « atrocités allemandes » demeura vivace jusqu’au second conflit mondial. Au cours de l’été 1941, les Allemands ont enfermé la population juive dans le quartier où elle demeurait pour l’essentiel. Puis, dès le 7 août 1941, les massacres commencèrent. Quatre mois plus tard, sur les 30 000 habitants juifs que la ville comptait avant guerre, seuls 30 demeuraient sur place, la plupart ayant été assassinés, même si quelques-uns, dont le nombre est difficile à évaluer, réussirent à fuir. 

À la place de l’ancien quartier existe à présent un petit parc, avec des allées sur l’emplacement des anciennes rues. En effet, Zhytomyr fut victime des bombardements à l’automne 1943. La ville fut reprise une première fois par les Soviétiques en novembre 1943, puis définitivement à la fin décembre de la même année. Les destructions sont imputables aux Allemands et, comme le mentionne souvent le guide, aux Soviétiques lors de la reconquête de la ville. Le plus souvent, ces dernières ont été passées sous silence pendant toute la période de l’URSS : « Malgré ce qu’on entendit toute notre vie, les Soviétiques ont aussi fait beaucoup de mal à notre ville et la traitèrent sans respect », nous a dit le guide. Après la guerre, les Soviétiques finirent de tout raser et créèrent un nouveau quartier ; seul un petit monument commémoratif au centre de la place évoque les victimes de guerre du fascisme, sans mentionner les Juifs. Visiblement, il n’y a pas eu de travail de mémoire et de sauvetage des lieux et des fosses communes pendant les années de l’URSS. De nos jours, des archéologues sont en train de fouiller les environs et exhument des traces de guerre : « Même s’il n’y a pas de mémoriaux, de musées ni de vieilles maisons, la mémoire est bien présente » rappelle notre guide. Celui-ci précise encore qu’il n’y a actuellement pas d’organisation pour la transmission et la conservation de ces lieux historiques. Cependant il y a un projet de création d’un musée et d’une exposition sur les Juifs de Zhytomyr, où seraient exposés les objets trouvés par les archéologues, actuellement entreposés à la mairie.

Après notre quête des traces en centre-ville, nous sommes partis pour une forêt dans les environs de Zhytomyr. Le « Baby Yar » de Zhytomyr, l’endroit où les Juifs de la ville furent assassinés. 

Seul un petit monument commémoratif sur les bords d’une voie rapide longeant la forêt indique que nous sommes à l’emplacement de plusieurs fosses communes : « Je me rappelle quand j’étais petit, on venait ici jouer avec les amis et quand il pleuvait on voyait des os », nous dit le guide. Les autorités soviétiques ne se sont jamais préoccupées de traiter les fosses communes, ni de préserver ces traces de la Shoah. 

À la fin de l’URSS commencèrent peu à peu à émerger des monuments et mémoriaux, à portée très générale ; la multiplicité des témoignages et des lieux devait demeurer dans le cadre unique des souffrances du peuple soviétique. Ainsi, ces monuments ne porte aucune mention spécifique sur les Juifs assassinés, les Soviétiques utilisent toujours le mot « civils ». Entre 1941 et 1943, il y a eu environ 70 000 morts à Zhytomyr, par exécutions, par la faim ou le froid. En 1946, une mission soviétique a entrepris des fouilles dans la forêt et on y aurait trouvé 300 000 corps. Dans leur retraite, les Allemands ont détruit de nombreuses traces du massacre.

Dans la forêt se trouvent des corps de civils, hommes, femmes et enfants, et aussi de prisonniers de guerre allemands et russes. Peut-être les Allemands ont-ils choisi cet endroit, selon notre guide, parce qu’il avait déjà servi de fosses communes pour les victimes de la guerre civile et du stalinisme : « des victimes de tous les totalitarismes ». Aujourd’hui, des tessons de bouteilles et des détritus divers jonchent le sol. Peut-être ceux qui s’y rencontrent ignorent-ils l’histoire de ce lieu, Les habitants actuels de Zhytomyr ne sont pas souvent des descendants de ceux de 1941. Beaucoup sont arrivés après la guerre et l’histoire locale d’avant 1945 ne se transmet guère. L’Institut de la Mémoire nationale a proposé de faire sur ce site un parc en mémoire des victimes, mais il n’y a pas encore de projet établi : « c’est notre tragédie » conclut le guide. 

Un peu plus loin, il y a un autre lieu, un peu caché, avec de petits monticules surmontés de croix, comme dans un cimetière. La plus grande des plaques, explique que « les Allemands ont tué 14 110 hommes, femmes et enfants victimes du totalitarisme ». La plaque a été déposée sur une initiative privée.  Il y a aussi une plaque pour les morts de Maïdan de 2014. La référence à la révolution de 2014 – alors qu’aucune « victime de Maïdan » n’est enterrée ici – contribue à brouiller la mémoire en commémorant indistinctement toutes les victimes et en établissant une sorte de continuité entre les crime de Hitler et les événements de 2014. C’est une vision très nationaliste des événements qui est proposé ici : un raccourci historiographique, une mémoire récupérée et instrumentalisée. 

Le cimetière militaire allemand de Hegewald (Zhytomyr/Jitomir)

Le cimetière militaire allemand est situé le long de la route reliant Berdytchev et Zhytomyr, hors de l’agglomération, à proximité du village de Zarichany. Le site n’est accessible qu’en véhicule, et bien qu’il se trouve au bord d’un axe fréquenté, il n’y a pas d’indication sur la route, ou même à l’entrée du cimetière, qui pourrait attirer l’attention d’éventuels visiteurs. Le public semble donc limité, ce que nous confirme notre guide, qui nous affirme que les visiteurs sont essentiellement des Allemands venant commémorer leurs morts.

Une fois franchi le portail du cimetière, on entre dans un espace rectangulaire de plusieurs centaines de mètres de périmètre, délimité par une simple clôture. L’herbe rase est bien entretenue, et des groupes de trois stèles en forme de croix sont disséminés sur l’ensemble du terrain. On accède par une étroite allée au centre du cimetière, un espace circulaire où se trouve une croix de taille plus imposante que les autres, avec des fleurs posées à son pied. Devant le monument se trouve une plaque gravée d’une inscription en allemand et en ukrainien, donnant des détails sur la nature du site, son histoire, et ceux qui préservent cette mémoire. Derrière, les noms des soldats enterrés sur les lieux, sans aucune mention de grade ou d’unité, sont gravés sur des stèles rectangulaires délimitant l’espace central.

Ces noms ont pu être identifiés grâce au travail d’une organisation allemande, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e.V(ci-après Volksbund). Créée en 1919 pour prendre en charge l’entretien des sépultures des morts allemands de la Première Guerre mondiale, cette organisation est chargée depuis 1954 par le gouvernement fédéral allemand de « rechercher, à l’étranger les sépultures des soldats allemands, de les préserver et de les entretenir ». Elle travaille en Ukraine depuis 1997, date d’entrée en vigueur de l’accord germano-ukrainien sur les sépultures de guerre, signé l’année précédente, et collabore pour cela avec les autorités ukrainiennes, représentées par la Commission intergouvernementale du souvenir des victimes de la guerre et de la répression politique. De fait, l’inscription au pied de la croix porte le logo du Volksbund. De même, la conception du site et des monuments – notamment les groupes de trois croix, disséminés à intervalles réguliers – reprend un modèle établi par le Volksbundet observable dans d’autres cimetières dont il a la charge, ailleurs en Ukraine et dans l’ensemble de l’Europe.

L’une des tâches que s’est fixée le Volksbundest d’identifier les dépouilles enterrées sur le site, ce qui a permis d’établir la liste gravée sur les stèles, en se fondant sur la plaque d’identification portée par chaque soldat, et sur leur correspondance dans les archives militaires allemandes. En 2015, le Volksbundrecensait 2 575 morts à Jitomir, mais la présence ou non de ces corps sur place reste incertaine après la visite. Selon notre guide, les corps qui avaient été inhumés sur le site pendant la guerre ont été exhumés par les Soviétiques après leur victoire, et transférés dans un endroit indéterminé, ou détruits. Le site tel que nous l’observons serait d’origine récente, et les dépouilles n’auraient pas été rapatriées à cet endroit. Cette affirmation laisse pourtant place au doute, même si le cimetière sous sa forme actuelle date en effet du début des années 2000. D’une part, le Volksbundévoque bien un lieu d’inhumation, ce qui explique la présence des croix marquant la présence de corps, et d’autre part la précision des informations recueillies via les plaques concorderait avec la présence de ces plaques sur place, avec les corps. Le site internet Traces of Warpropose une version encore plus contradictoire de l’évolution des lieux. Selon lui, le cimetière originel se serait agrandi à un moment indéterminé après la guerre, et donc, loin de disparaître, il se serait même étendu. Par ailleurs, le nombre de tombes évoqué – 3 143, sans date – ne correspond pas exactement aux chiffres du Volksbundet n’est pas sourcé. Le processus de mémorialisation du site reste donc peu clair, mais il apparaît à l’heure actuelle que la mémoire du site est plutôt portée par une institution allemande que par des initiatives nationales ou locales, puisque l’on voit que le site n’a pas fait l’objet d’un investissement réel de la part des autorités d’Ukraine ou de Jitomir. Il est vrai que le lieu commémore des soldats étrangers à l’Ukraine et qu’il se rapporte à un épisode historique peu mis en avant dans l’histoire nationale.

L’histoire du site commence en 1941-1942 et est liée à celle de la colonie de Hegewald, un projet nazi de colonisation de la région par des Allemands ethniques, entre 1942 et 1943. Dès l’invasion de l’Ukraine, la région autour de Jitomir, rebaptisée Hegewald, est vidée de ses habitants originels, qui sont remplacés par des populations considérées par les nazis comme ethniquement pures, et germaniques, les Volksdeutsche. L’implantation de ces colons originaires de l’ensemble de l’Europe centrale et orientale devait assurer la germanisation de la région et la reconquête d’un territoire que les nazis considèrent comme le berceau du peuple germain, leurs ancêtres légendaires. Heinrich Himmler, le responsable du programme de germanisation à l’Est, a aussi implanté son quartier général dans la région. Il y a donc une forte présence allemande à proximité de Jitomir dès le début de la guerre, expliquant pour une part la localisation du cimetière.

Mais, selon notre guide, le choix de ce lieu d’inhumation répond principalement à une autre exigence, puisqu’il se trouve dans un espace revêtant une dimension sacrée pour les nazis, et particulièrement pour les membres de la SS. Cette sacralité s’inscrit dans une mystique développée au sein de l’Ahnenerbe, prêtant à certains lieux et symboles liés aux Aryens un pouvoir particulier. Les corps enterrés ici ne seraient donc pas ceux de simples soldats morts dans la région, mais ceux de personnages de haut rang, transportés depuis les quatre coins de l’Europe pour être inhumés à cet endroit. Toutefois, il convient de rester prudent sur cette explication. Que le corps de Theodor Eicke, un haut-commandant de la Waffen-SStué en Ukraine en février 1943, ait été peut-être enterré à cet endroit – selon des rites néo-païens – n’est pas étranger à cette hypothèse. L’érection d’un monument en mémoire de soldats allemands parmi lesquels se trouveraient plusieurs dignitaires SS pose la question de savoir jusqu’à quel point la nécessaire préservation de la mémoire des morts, quels qu’ils soient, est alors compatible avec la dénonciation des crimes des officiers SS, responsables de centaines de milliers de morts dans l’ensemble de l’Europe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.