Ecrire la spoliation

La séance du 17 octobre sera consacrée à la présentation du roman La restitution d’Hadrien Laroche.

La vie des objets spoliés et le rire des enfants orphelins font écho au destin du père dont le fils, Henri Berg, va tenter de restituer la vie et payer sa dette eu égard à la vérité.

La restitution est d’abord un mot contemporain. En un premier sens, historique, il renvoie aux spoliations des juifs durant la période de l’Holocauste. Jusqu’aux années quatre-vingt dix, c’est encore la question de la disparition qui domine. Aujourd’hui, c’est celle des restitutions. Maintenant que les morts et les témoins ont disparu ou disparaissent, la réalité matérielle, juridique et économique des restitutions constitue l’unique reste et, en définitive, appelle l’ultime interrogation spirituelle eu égard à la Shoah (cf. Le rapport de laMission Mattéoli sur la spoliation des juifs de France, 11 volumes, La Documentation française, 2000). En un deuxième sens, esthétique, le terme fait référence à la création, à l’œuvre d’art, à la vérité en peinture et à la dette : le tableau, le roman ou le récit serait la restitution de la réalité du monde. Toutefois, il se pourrait que la dépossession fût première et qu’au fond il ne puisse y avoir de restitution ni de pardon ; il se pourrait aussi que l’art comme mise en œuvre de la vérité ne soit ni une imitation, ni une description, ni une copie. L’art n’a rien à rendre ni à vendre. Il se pourrait même que toute œuvre fût la mémoire sans fond d’une spoliation. Sans identification, immatriculation ni réappropriation possible. Il est possible de restituer un tableau, voire une vie, la dépossession dont il ou elle est la signature ne disparaîtra pas pour autant. Il y a là un abîme. La restitution élève la question de la spoliation à hauteur romanesque et donne à cette enquête sur la mémoire, l’identité et la dette, un caractère intempestif.

Ancien élève de l’École normale supérieure, Docteur en philosophie et Sciences sociales (EHESS), Hadrien Laroche a publié des essais et des fictions : Le Dernier Genet(Seuil, Fiction & Cie ; nominé pour le prix Fémina du meilleur essai ; traductions anglaise), Duchamp Déchets : les hommes, les objets, la catastrophe(Edition du Regard, 2015 ; traduction anglaise) ; Les Orphelins(Allia ; J’ai Lu, 2005 ; traduction anglaise), Les Hérétiques (Flammarion, 2006), Qui va là ! (Rivages, 2014).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.