1011, artiste plasticienne

L’art pour l’art, ça n’intéresse pas 1011. Sous cette signature binaire – qui inclut son mari philosophe –, l’artiste , déjà remarquée pour ses évocations des fantômes de la Shoah ou des violences faites aux femmes, dénonce une fois encore la soumission de l’Homme à l’épreuve de l’histoire et de la technique. C’est pourquoi ces dessins ne sont jamais rien d’autre qu’une représentation physique de la question à laquelle l’histoire ou la technique moderne soumettent les hommes des vingtième et vingt-et-unième siècles. La place de l’engagement politique dans son oeuvre ne se dément jamais au risque permanent de choquer — au pire — et au mieux de réveiller les consciences. Elle reste convaincue que « le monde ne périra jamais par ceux qui font le mal, mais par ceux qui laissent faire »*.
En bref, son travail ne cherche pas tant à produire des réponses qu’à faire « «vivre » les questions de la « condition humaine, trop humaine »**.

Au cours du séminaire, notre invitée présentera trois séries représentatives d’une réflexion sur la mémoire du XXe siècle : « Témoins« 

« Enfants de parents« 

et « Lettres mortes« 

* Einstein
** Nietzsche