«All quiet on Eastern Front»?

From mythologisation of the battlefields to (non) remembrance of war : the case of Galicia and Polish lands.

Le 13 novembre, nous aurons l’honneur d’accueillir un collègue de l’Université Jagellone de Cracovie, la plus ancienne de la ville.

Kamil Ruszała est maître de conférences au département d’histoire contemporaine de la Pologne. Il est spécialiste d’histoire de l’Europe centrale et orientale aux XIX et XX siècles. Son dernier livre, Wielka Wojna w małym mieście. Gorlice w latach 1914–1918, (La grande guerre dans une petite ville : Gorlice entre 1914 et 1918) a été publié à Cracovie en 2015. Il a également co-dirigé Intellectuals and the First World War. A Central European Perspective, Kraków 2018 (avec Tomasz Pudłocki) et Doświadczenia żołnierskie Wielkiej Wojny, Kraków 2017, (L’expérience des soldats pendant la Première Guerre mondiale avec Michał Baczkowski). 

Voici une présentation (en anglais) de son intervention :

Continuer la lecture de «All quiet on Eastern Front»?

Tchétchénie : guerre sans traces et mémoires sous contrainte

Lors de sa séance du 6 novembre, le séminaire « Traces de guerre et de conflits » accueillera Anne Le Huérou. Anne est maîtresse de conférences à l’Université de Paris Nanterre : elle enseigne au Département d’Etudes Slaves – UFR LCE et est chercheuse au laboratoire ISP (Institut des sciences sociales du politique).

Elle organise, avec d’autres, le colloque « 1989 à l’Est » qui aura lieu les 7 et 8 novembre à Paris.

Son intervention portera sur la mémoire des guerres de Tchétchénie.

Continuer la lecture de Tchétchénie : guerre sans traces et mémoires sous contrainte

Guerre étrangère et guerre civile dans les politiques mémorielles chinoises depuis 1989

Le 23 octobre, le séminaire poursuivra ses activités en accueillant Victor Louzon. Agrégé et docteur en histoire, diplômé de Sciences Po et des Langues O, il est actuellement maître de conférences à Sorbonne Université et chercheur à SIRICE

La République populaire de Chine est née de la guerre – mais de laquelle ? La mémoire officielle a longtemps fait une place centrale à la date de 1949, date de fondation du régime et fin d’une série de guerres civiles commençant dans les années 1920 et culminant avec la « guerre de libération » de 1946-1949. La « guerre de résistance contre le Japon » (1937-1945), cruciale pour le pedigree patriotique du régime, restait « diluée dans une geste révolutionnaire » (D. Serfass) plus vaste. Cette hiérarchie s’est renversée à partir de la fin des années 1980, la guerre contre le Japon occupant désormais le premier rang dans les politiques mémorielles, dans un contexte marqué par la montée du nationalisme, la globalisation des régimes de mémoire et un dégel des relations avec le Kuomintang réfugié à Taiwan (la société insulaire connaissant, dans le même temps, une transformation profonde de son rapport à la guerre sino-japonaise). Sans bouleverser ce nouveau récit, le recentrage du discours officiel sur le Parti (par opposition à l’Etat) depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping lui fait subir certaines inflexions.

Belchite, un village-fantôme de la Guerre d’Espagne (1937 à nos jours)

Nous aurons, le mercredi 16 octobre, le plaisir de recevoir Stéphanne Michonneau, professeur à l’Université de Lille.

Photo : S. Michonneau (c)

Belchite, bourg situé en Aragon, fut le théâtre d’une bataille majeure de la Guerre d’Espagne en août 1937. L’agglomération fut largement détruite, ce qui la promettait à une reconstruction après-guerre. Cependant, le général Franco prit la décision inédite de conserver le village en ruines, et de promouvoir la construction d’un nouveau village en aval du premier. Ces ruines furent l’objet d’un usage politique et commémoratif intense de la part du régime autoritaire. Mais à partir des années 1960, l’exploitation politique du vieux village baissa en intensité, relayée à partir des années 1980 par des politiques de patrimonialisation. La mise en tourisme intervint à partir des années 2000, convertissant Belchite en un parc thématique d’une guerre civile uniquement considérée sous l’angle de la victimisation des populations civiles.

Illustration : (c) Sònia Pereda – Licence CC BY-NC-ND 2.0