Les Traces de la guerre d’Algérie. Le déminage et la longue sortie de guerre, de 1962 au présent

Malika Rahal est chargée de recherches au CNRS, elle travaille au sein du laboratoire IHTP. Nous aurons l’honneur de la recevoir lors de la séance du 25 septembre.

Son intervention portera sur l’histoire de la destruction des millions de mines anti-personnels posées par l’armée française à la frontière entre l’Algérie et la Tunisie pendant la guerre d’indépendance. Ce chantier a duré près de 50 ans, il a été déclaré officiellement achevé fin 2016 !

Voir par exemple cet article d’Algérie Presse Service, l’agence de presse nationale ou celui-ci, publié dans La Croix ou dans le Monde.

Programme du séminaire pour 2019

Le séminaire reprend cette année le 18 septembre. Comme d’habitude, une première partie de chaque séance, de 17 à 18 h, est réservée aux étudiants de master inscrits. Puis à 18 h, et jusqu’à 20 h, nous recevrons un.e invité.e. Cette partie du séminaire est ouverte à toutes et à tous, « dans la limite des places disponibles. »

18 septembre

  • Guillaume Ancel (ancien lieutenant-colonel)
    • Pour que le silence ne devienne pas amnésie : quelles traces de guerre peut laisser un ancien militaire ?

25 septembre

  • Malika Rahal (CNRS)
    • Les Traces de la guerre d’Algérie. Le déminage et la longue sortie de guerre, de 1962 au présent.

2 octobre

  • Ruth Zylberman (Documentariste)
    • Les enfants du 209 rue Saint-Maur, Paris Xe

16 octobre

  • Stéphane Michonneau (Université de Lille)
    • Belchite, village-fantôme de la guerre d’Espagne (1937 à nos jours)

23 octobre

  • Victor Louzon (Sorbonne Université)
    • Guerre étrangère et guerre civile dans les politiques mémorielles chinoises depuis 1989

6 novembre

  • Anne Le Huérou (Université Paris Nanterre)
    • Enjeux et conflits autour des traces et de la mémoire des guerres de Tchétchénie

13 novembre

  • Kamil Ruszala (Jagiellonian University – Cracovie)
    • All quiet on Eastern Front»? From mythologisation battlefields into (non)remembrance of war: case of Galicia and Polish lands

27 novembre

  • Florence Rasmont (Université Libre de Bruxelles) 
    • Mémoires publiques du génocide tutsi et de la guerre civile au Rwanda (1994-2003)

4 décembre

  • Elise Julien (Sciences Po Lille)
    • Un siècle d’entretien des tombes de guerre par le VDK : entre deuils privés, intérêts politique et mission de service public

11 décembre

  • Gérôme Truc (CNRS)
    • Traces d’attentats : mémoire des lieux et lieux de mémoire des attentats du 11 mars 2004 à Madrid et du 13 novembre 2015 à Paris

Pour que le silence ne devienne pas amnésie, quelles traces de guerre peut laisser un ancien militaire ?

La nouvelle année du séminaire commencera par une rencontre avec Guillaume Ancel, ancien lieutenant-colonel de l’armée française. Fin juin 1994, le capitaine Guillaume Ancel, alors officier de la Force d’Action rapide, est détaché au sein d’une unité de Légion étrangère. Il participera à l’opération Turquoise engagée par la France pour « mettre fin aux massacres. »

Très vite G. Ancel a des doutes concernant les véritables motivations de l’opération française. Il ne sort pourtant du silence que très progressivement d’abord en écrivant un roman, puis en intervenant dans le débat public. En 2018, il publie un témoignage fondamental, fondé sur son expérience de terrain.

Le rôle de la France dans l’un des génocides du XXe siècle fait débat depuis plusieurs années. La commission Duclert  mise en place en avril dernier par Emmanuel Macron est chargée d’étudier toutes les archives françaises sur la question. 

Le regard de Guillaume Ancel est absolument essentiel. Il est celui d’un homme de terrain, d’un militaire au coeur de l’opération Turquoise.