Les formes d’engagement des femmes dans le conflit en Ukraine orientale

Pour la dernière séance au cours de laquelle nous accueillerons une invitée, nous aurons le plaisir de recevoir Ioulia Shukan. Elle est maître de conférences en études slaves à l’Université Paris Nanterre. Elle est chercheuse rattachée à l’Institut des Sciences sociales du Politique (UMR7220). Sociologue, elle se spécialise sur l’Ukraine en étudiant aussi bien les élites politiques que les mobilisations citoyennes. Depuis l’éclatement du conflit dans l’Est du pays, elle s’intéresse aux façons dont la citoyenneté ordinaire et ses pratiques sont mises à l’épreuve par la guerre. Elle tient un blog passionnant sur ses recherches de terrain.

Au cours de cette séance, elle nous présentera les résultats de ses recherches sur l’une des formes de mobilisation des femmes ukrainiennes, à l’arrière du conflit armé dans le Donbass, qu’est l’assistance aux blessés militaires.

À partir d’une enquête ethnographique à l’hôpital des armées de Kharkiv, à l’est de l’Ukraine, auprès des femmes bénévoles du groupe « Sœur de la miséricorde ATO/Kharkiv », elle présentera les modalités de leur agir en commun dont le périmètre est délimité par les dysfonctionnements du système de soins des armées (surveillance des hospitalisés, assistance logistique et alimentaire, services de petites collations, organisation de loisirs, soutien moral et psychologique, collecte de donations).

Elle analysera également les ressorts de l’engagement de ces femmes, les attachements qui circulent à travers leurs pratiques de soin, ainsi la citoyenneté qui se profile derrière cette forme particulière de bénévolat. Elle interrogera aussi l’impact au long cours de la guerre sur les trajectoires biographiques individuelles et collective de ces femmes, ainsi que les défis que la routinisation du conflit armé pose à leur action.

Préserver les traces de la Guerre froide

Le 28 novembre, nous aurons le plaisir de recevoir Axel Klausmeier, directeur de la fondation « Le mur de Berlin » et de son musée. Son intervention sera en anglais.

The Berlin Wall was the Icon of the Cold War. It symbolized the divided world until its political fall in November 1989. Today, not much is left of its once 155 kilometer-long structure, although it is famous all over the world.

The story of the bloodless revolution that led to the sudden fall of the Wall on 9 November 1989 has often been told. In spite of warning voices, there was a broad consensus in favour of clearing away the hated border surrounding West-Berlin as thoroughly as possible. Official demolition, carried out mostly by GDR Border Guards, began on 13 June 1990, in Bernauer Strasse, and was largely completed by the 3 October 1990, the day of German reunification. Thanks to efforts initiated by GDR Institute for Heritage Conservation as early as December 1989, and continued by the Berlin State Conservation Authority, a total of seven sections of the Wall and other border installations were listed and have been preserved as officially designated Historic Monuments by 1992. By 2011, this number had risen to 27, following intensive field research in and around Berlin.

Whilst Berliners and their politicians had, all through the 1990s, mostly tried to forget the time of the division and to ignore the remnants and scars of the Wall in their city, the early 21st century has seen the rise of a new awareness of the Wall‘s significance, culminating in celebrations of the 20th anniversary of the fall of the Wall. The Stiftung Berliner Mauer (Berlin Wall Foundation), funded in 2008 jointly by the Federal Republic of Germany and the Land of Berlin, and its Landscape of Memory and Documentation Centre in Bernauer Strasse, both of which grew out of a private initiative in the 1990s, are a result of this new policy. Today, the Berlin Wall Foundation is responsible for looking after four prominent former Wall sites with a total of approximately 4 Million visitors a year.

How are these precious physical remains being treated? What stories are being told in a World of an ever-greater number of new Walls? What does the Berlin Wall stand for today?

La mutinerie de Villefranche de Rouergue : 17 septembre 1943

Mercredi 21 novembre, nous recevrons Xavier Bougarel. Il est chargé de recherches HDR au CNRS, rattaché au CETOBAC, le Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques de l’EHESS. Ses recherches portent l’islam en Bosnie-Herzégovine et dans l’Europe du Sud-Est et sur les guerres dans cet espace et notamment en Bosnie-Herzégovine (Seconde Guerre mondiale et guerre de 1992-1995). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Survivre aux empires. Islam, identité nationale et allégeances politiques en Bosnie-Herzégovine.

Il interviendra sur les recompositions mémorielles et les circulations archivistiques autour d’un événement de 1943.

Le 17 septembre 1943, un bataillon de la Waffen-SS se mutinait dans la ville de Villefranche-de-Rouergue. Ce bataillon appartenait à la 13edivision SS dite « Handschar », composée d’un encadrement allemand et d’une troupe musulmane et, plus marginalement, catholique originaire de Croatie. D’emblée, cet évènement a donné lieu à deux perceptions différentes, l’une française percevant la mutinerie de l’extérieur, et une allemande la décrivant de l’intérieur. Les documents produits à cette époque vont alimenter une circulation archivistique qui n’a pas cessé depuis. Dans l’immédiat après-guerre, une commémoration franco-yougoslave de l’évènement s’est mise en place, avant que la Yougoslavie socialiste ne s’en désengage dans les années 1950.Une commémoration française s’est par contre maintenue, associant autorités municipales et associations d’anciens résistants, et à peine perturbée par les activités parallèles de certaines associations croates.

Monument inauguré en 2006

L’effondrement de la Yougoslavie dans les années 1990 a par contre provoqué une recomposition mémorielle profonde et conflictuelle, avec l’émergence d’une mémoire croate hégémonique et d’une mémoire bosnienne subalterne, l’éclatement d’un grave conflit entre la municipalité et l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) et la résurgence tardive d’une mémoire allemande. Cette recomposition mémorielle s’est doublée de nouvelles pratiques commémoratives et de la mobilisation de nouvelles archives par divers historiens professionnels ou amateurs. Le cas de Villefranche-de-Rouergue montre donc que les mémoires de la Seconde Guerre mondiale restent vives et conflictuelles, en ex-Yougoslavie comme en France, que leurs enjeux s’imbriquent et se répondent au-delà des frontières, et que l’incomplétude des archives est la condition de l’imagination historique.

Mémoires de pierre et d’acier

Mercredi 14 novembre, nous aurons le plaisir d’accueillir M. Jesus ALONSO CARBALLÉS, professeur à l’Université Bordeaux Montaigne. Il nous parlera des monuments dédiés aux victimes de la guerre civile espagnole au Pays basque.

Les politiques symboliques autour de la mémoire de la guerre civile espagnole ont été centrales dans la légitimation de la dictature franquiste pendant presque quarante ans. Depuis quelques décennies, on assiste, néanmoins, à un processus de remise en question de cet héritage et au retour en force d’une mémoire républicaine qui essaie de se frayer un chemin au sein de la société espagnole. Dans le deux cas, les monuments, en pierre sous le franquisme, souvent en acier dans la période démocratique, se situent au cœur des systèmes symboliques mises en place visant à garder présent la trace de la guerre et de ses conséquences dans l’espace public.
Dans notre intervention nous reviendrons sur ces processus mémoriels à partir de l’étude du cas du Pays basque. D’abord en analysant l’importance des monuments franquistes, ensuite en étudiant la vague de monuments érigés récemment en mémoire de victimes républicaines, une sorte de revanche mémorielle qui ne laisse nulle place pour une récupération critique du passé. Or, après plus de quarante ans passés à remémorer uniquement les victimes franquistes, comment passer à une mémoire commune de paix sans que les victimes républicaines aient eu, elles aussi, leur deuil collectif ?

Monument en mémoire des victimes républicaines


Notre invité analysera dans son intervention cette sorte de mouvement pendulaire de la mémoire. Si les victimes franquistes étaient omniprésentes jusqu’à la fin des années soixante-dix, les victimes républicaines ont suivi le chemin inverse en passant des profondeurs de l’oubli auquel elles furent condamnées sous la dictature à une visibilité indiscutable aujourd’hui.
Dans ce processus les monuments commémoratifs, médiateurs privilégiés du présent avec le passé, constituent de marqueurs notables du poids de la mémoire des victimes de la guerre au sein des sociétés contemporaines, une trace analysée ici comme la preuve saillante de l’exercice du pouvoir dont le message est toujours sélectif et comporte une imposition idéologique au service des objectifs présents.

Traumatisme, histoire et psychanalyse

La séance de cette semaine, mercredi 7 novembre, sera animée par Eva Weil, l’une des fondatrices du séminaire avec Robert Frank. Elle nous proposera une réflexion autour du traumatisme, objet commun à la psychanalyse et à l’histoire

Eva Weil est psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris.