Traces de la violence politique

Le 24 octobre 2018, nous aurons le privilège de recevoir la réalisatrice Carmen Castillo. Elle est l’auteur de plusieurs documentaires sur le Chili de Pinochet et notamment Rue Santa Fe et la Flaca Alejandra.

Présentation de notre invitée dans le livret du DVD de Rue Santa Fe

Carmen Castillo est née à Santiago du Chili. Historien, militante du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR), elle travaille à la Moneda auprès du Président Salvador Allende en 1970. Après le coup d’état militaire, le 11 septembre 1973, elle vit dans la clandestinité avec Miguel Enriquez, son compagnon et chef de la Résistance. Le 5 octobre 1974, la maison clandestine est prise d’assaut par les militaires, Miguel meurt. Carmen Castillo, enceinte, blessée, est emprisonnée et, après une vaste campagne internationale, expulsée du pays.

Réfugiée en France, elle travaille avec Agnès B, écrit des récits et réalise des films documentaires pour la télévision. Après la fin de la dictature en 1990, le Chili reste, pour elle, hostile et étranger. Depuis 2002, date où elle entreprend l’écriture et le travail du film Rue Santa Fe, elle vit en Paris et Santiago.

Affiche de la campagne internationale visant à la libération de Carmen Castillo.

Notre séance cherchera à voir comment le documentaire permet de dire les traces de la violence politique, aussi bien au niveau personnel, qu’historique.

Ecrire la spoliation

La séance du 17 octobre sera consacrée à la présentation du roman La restitution d’Hadrien Laroche.

La vie des objets spoliés et le rire des enfants orphelins font écho au destin du père dont le fils, Henri Berg, va tenter de restituer la vie et payer sa dette eu égard à la vérité.

La restitution est d’abord un mot contemporain. En un premier sens, historique, il renvoie aux spoliations des juifs durant la période de l’Holocauste. Jusqu’aux années quatre-vingt dix, c’est encore la question de la disparition qui domine. Aujourd’hui, c’est celle des restitutions. Maintenant que les morts et les témoins ont disparu ou disparaissent, la réalité matérielle, juridique et économique des restitutions constitue l’unique reste et, en définitive, appelle l’ultime interrogation spirituelle eu égard à la Shoah (cf. Le rapport de laMission Mattéoli sur la spoliation des juifs de France, 11 volumes, La Documentation française, 2000). En un deuxième sens, esthétique, le terme fait référence à la création, à l’œuvre d’art, à la vérité en peinture et à la dette : le tableau, le roman ou le récit serait la restitution de la réalité du monde. Toutefois, il se pourrait que la dépossession fût première et qu’au fond il ne puisse y avoir de restitution ni de pardon ; il se pourrait aussi que l’art comme mise en œuvre de la vérité ne soit ni une imitation, ni une description, ni une copie. L’art n’a rien à rendre ni à vendre. Il se pourrait même que toute œuvre fût la mémoire sans fond d’une spoliation. Sans identification, immatriculation ni réappropriation possible. Il est possible de restituer un tableau, voire une vie, la dépossession dont il ou elle est la signature ne disparaîtra pas pour autant. Il y a là un abîme. La restitution élève la question de la spoliation à hauteur romanesque et donne à cette enquête sur la mémoire, l’identité et la dette, un caractère intempestif.

Ancien élève de l’École normale supérieure, Docteur en philosophie et Sciences sociales (EHESS), Hadrien Laroche a publié des essais et des fictions : Le Dernier Genet(Seuil, Fiction & Cie ; nominé pour le prix Fémina du meilleur essai ; traductions anglaise), Duchamp Déchets : les hommes, les objets, la catastrophe(Edition du Regard, 2015 ; traduction anglaise) ; Les Orphelins(Allia ; J’ai Lu, 2005 ; traduction anglaise), Les Hérétiques (Flammarion, 2006), Qui va là ! (Rivages, 2014).

Identifier les disparus

Séance du 10 octobre 2018

Autour du travail de Taina Tervonen, journaliste aux Jours

Journaliste, auteur, interprète, Taina Tervonen « écrit depuis toujours sur les migrations, la famille, les récits de vie ». Elle a notamment réalisé un webdocumentaire sur l’école du village de Trnopolje, au nord-ouest de la Bosnie, transformée en camp de concentration par lequel transiteront environ 25 000 personnes, toutes non-serbes.

Pour les jours, elle est l’auteur d’une obsession « Les disparus », consacrée au destin des migrants. Elle débute son enquête autour du naufrage d’un chalutier en 2015 et le travail d’identification des morts.

Chaque guerre, chaque conflit laisse derrière lui des disparus. Ils font partie du paysage post-conflit, douleur intime des familles qui attendent, parfois pendant des dizaines d’années, alternant doute et espoir. L’être humain a besoin de ritualiser la mort. Mais sans la matérialité d’un corps, qui peut-on honorer? Les disparus ne sont ni parmi les morts, ni parmi les vivants, ils errent dans l’esprit de ceux qui les cherchent. De la Bosnie des années 90 à la Méditerranée d’aujourd’hui, quelle est notre responsabilité de vivants face aux morts que l’histoire nous lègue?

Autour de ces thématiques, un colloque et un numéro spécial de la revue les Cahiers S-IRICE ont été consacrés à la question des traces matérielles de la mort de masse. Nous vous invitons à lire également ces articles.