Un siècle d’entretien des tombes de guerre par le VDK : entre deuils privés, intérêts politique et mission de service public

Ce mercredi 4 décembre, nous recevrons Elise Julien, maître de conférences à Sciences Po Lille, chercheuse à l’IRHIS.

Il s’agit de présenter le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (VDK), qui fête tout juste ses 100 ans. Cette association privée a été créée après la Première Guerre mondiale pour revendiquer l’entretien des tombes de guerre allemandes, ainsi que l’établissement d’un culte des morts à l’échelle nationale. Elle est aujourd’hui reconnue d’utilité publique et missionnée par l’Etat fédéral allemand comme gestionnaire des tombes de guerre allemandes (dans une acception désormais très élargie) et comme organisme de formation politique et démocratique. On pourrait voir une forme de continuité logique dans cette évolution ; il n’en est rien. Au-delà d’une légende dorée qui a longtemps fait le choix de gommer certaines caractéristiques fondamentales du VDK, de même que les nombreuses controverses attachées à son développement, on voudrait revenir de manière plus critique sur un siècle d’histoire mouvementée.Ce faisant, on retiendra quelques axes de réflexion en particulier : l’évolution du rapport social à la mort de guerre et aux différentes catégories de victimes ; l’usage politique de la mémoire des morts de guerre, par les régimes aussi bien que par toutes sortes d’autres acteurs ; les rapports complexes et en permanence renégociés entre une association privée et des institutions publiques sur des enjeux qui touchent à la compréhension de l’histoire nationale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.