Mémoires publiques du génocide tutsi et de la guerre civile au Rwanda

La séance du 27 novembre sera consacrée aux recherches de Florence Rasmont. Elle est docteure en histoire de l’Université Libre de Bruxelles. Elle vient de défendre sa thèse de doctorat intitulée « Commémorer sur les collines. Lieux et acteurs de la mémoire du génocide tutsi (1990-2001) ». Elle est également chercheuse au CegeSoma, le centre national de recherche et d’archives sur les Première et Deuxième Guerres mondiales en Belgique.

Après la rencontre avec Guillaume Ancel, ce sera l’occasion de revenir sur le génocides des Tutsis du Rwanda. En posant, cette fois, la question de la commémoration.

Aujourd’hui, le Rwanda est un pays aux « milles mémoriaux ». Le territoire est parsemé par des centaines de tombeaux publics abritant les dépouilles des victimes du génocide de 1994, qui sont annuellement commémorées entre les mois d’avril et de juillet par les familles, les écoles, les unités administratives locales et des groupes divers. Florence Rasmont reviendra sur l’émergence précoce de cette économie mémorielle en présentant les recherches qu’elle a effectuées pour sa thèse de doctorat dans deux communes du Rwanda. Elle y a documenté le parcours de militants mémoriels locaux et la transformation de plusieurs sites de massacres en mémorial. Elle reviendra notamment sur le cas de l’église de Musha, où furent massacrés plusieurs milliers de Tutsis durant le génocide, pour devenir ensuite une base stratégique du Front Patriotique Rwandais à la libération, et un mémorial dans les années qui suivirent. Il s’agira, à travers cette présentation, de situer les enjeux d’une incarnation du génocide dans l’espace public au Rwanda au lendemain de la guerre civile et du génocide.

Légende de la photo : Procession commémorative datant du 30 novembre 1996 sur les mines de Musha, où furent jetées les dépouilles de plusieurs milliers de Tutsi assassinés à la paroisse du même nom.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.