Tchétchénie : guerre sans traces et mémoires sous contrainte

Lors de sa séance du 6 novembre, le séminaire « Traces de guerre et de conflits » accueillera Anne Le Huérou. Anne est maîtresse de conférences à l’Université de Paris Nanterre : elle enseigne au Département d’Etudes Slaves – UFR LCE et est chercheuse au laboratoire ISP (Institut des sciences sociales du politique).

Elle organise, avec d’autres, le colloque « 1989 à l’Est » qui aura lieu les 7 et 8 novembre à Paris.

Son intervention portera sur la mémoire des guerres de Tchétchénie.

Deux guerres meurtrières se sont déroulés en Tchétchénie, république du Nord-Caucase, en 1994-1996 et entre 1999 et 2009 entre les partisans de l’indépendance et les troupes fédérales russes. En 2019 la République de Tchétchénie dirigée par Ramzan Kadyrov affiche une loyauté sans faille à la Russie et à son président et semble avoir non seulement avoir effacé toute trace de la guerre mais aussi reconstruit une narration obligée du passé et du présent de la République. Parmi les événements les plus spectaculaires et dramatiques de la seconde guerre, la prise d’otage d’une école entière dans la ville de Beslan, dans la république voisine d’Ossétie du Nord, se termina par un assaut qui fait 334 victimes dont 186 enfants, sans compter des centaines de blessés. A partir de travaux sur la Tchétchénie et d’une enquête réalisée pendant la commémoration de la prise d’otage de Beslan en 2017,cette séance proposera une réflexion sur les enjeux qui se nouent autour de l’occultation de la guerre et des contraintes qui pèsent sur les entreprises de mémorialisation officielle, l’étude des controverses laissant entrevoir des éléments de dissonance dans une configuration qui laisse peu de place aux expressions singulières individuelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.