Guerre étrangère et guerre civile dans les politiques mémorielles chinoises depuis 1989

Le 23 octobre, le séminaire poursuivra ses activités en accueillant Victor Louzon. Agrégé et docteur en histoire, diplômé de Sciences Po et des Langues O, il est actuellement maître de conférences à Sorbonne Université et chercheur à SIRICE

La République populaire de Chine est née de la guerre – mais de laquelle ? La mémoire officielle a longtemps fait une place centrale à la date de 1949, date de fondation du régime et fin d’une série de guerres civiles commençant dans les années 1920 et culminant avec la « guerre de libération » de 1946-1949. La « guerre de résistance contre le Japon » (1937-1945), cruciale pour le pedigree patriotique du régime, restait « diluée dans une geste révolutionnaire » (D. Serfass) plus vaste. Cette hiérarchie s’est renversée à partir de la fin des années 1980, la guerre contre le Japon occupant désormais le premier rang dans les politiques mémorielles, dans un contexte marqué par la montée du nationalisme, la globalisation des régimes de mémoire et un dégel des relations avec le Kuomintang réfugié à Taiwan (la société insulaire connaissant, dans le même temps, une transformation profonde de son rapport à la guerre sino-japonaise). Sans bouleverser ce nouveau récit, le recentrage du discours officiel sur le Parti (par opposition à l’Etat) depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping lui fait subir certaines inflexions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.