Les Traces de la guerre d’Algérie. Le déminage et la longue sortie de guerre, de 1962 au présent

Malika Rahal est chargée de recherches au CNRS, elle travaille au sein du laboratoire IHTP. Nous aurons l’honneur de la recevoir lors de la séance du 25 septembre.

Son intervention portera sur l’histoire de la destruction des millions de mines anti-personnels posées par l’armée française à la frontière entre l’Algérie et la Tunisie pendant la guerre d’indépendance. Ce chantier a duré près de 50 ans, il a été déclaré officiellement achevé fin 2016 !

Voir par exemple cet article d’Algérie Presse Service, l’agence de presse nationale ou celui-ci, publié dans La Croix ou dans le Monde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.