Pour que le silence ne devienne pas amnésie, quelles traces de guerre peut laisser un ancien militaire ?

La nouvelle année du séminaire commencera par une rencontre avec Guillaume Ancel, ancien lieutenant-colonel de l’armée française. Fin juin 1994, le capitaine Guillaume Ancel, alors officier de la Force d’Action rapide, est détaché au sein d’une unité de Légion étrangère. Il participera à l’opération Turquoise engagée par la France pour « mettre fin aux massacres. »

Très vite G. Ancel a des doutes concernant les véritables motivations de l’opération française. Il ne sort pourtant du silence que très progressivement d’abord en écrivant un roman, puis en intervenant dans le débat public. En 2018, il publie un témoignage fondamental, fondé sur son expérience de terrain.

Le rôle de la France dans l’un des génocides du XXe siècle fait débat depuis plusieurs années. La commission Duclert  mise en place en avril dernier par Emmanuel Macron est chargée d’étudier toutes les archives françaises sur la question. 

Le regard de Guillaume Ancel est absolument essentiel. Il est celui d’un homme de terrain, d’un militaire au coeur de l’opération Turquoise.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.