Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Baby Yar

8 juin 2018

Pour le dernier jour de notre séjour à Kiev, nous nous sommes rendus sur le site de Baby Yar, qui signifie littéralement « ravin des bonnes femmes », lieu de l’exécution de plus de 50 000 Juifs de Kiev en septembre 1941. C’est aujourd’hui un immense parc public où plusieurs monuments commémoratifs se succèdent en mémoire des Juifs victimes du massacre, mais pas seulement. Pas de trace archéologique ou visible du massacre, seulement des monuments, des grandes allées et une pancarte à chaque entrée du parc, pour rappeler que nous ne marchons pas sur un terrain innocent. Quand l’armée allemande rentre en Union soviétique, des commandos spéciaux appelés Einsatzgruppen, qui étaient des unités de police militarisées du IIIeReichchargées de l’assassinat systématique des opposants réels ou imaginaires au régime nazi, ont pour mission de tuer les hommes et commissaires politiques juifs. Un glissement s’opère et l’ordre est donné de tuer tous les Juifs. Les groupes spéciaux vont être responsables de la mort de plus d’un million de Juifs dans les Pays baltes, en Ukraine et en Biélorussie.

Dans quelles circonstances fut perpétré le massacre de Baby Yar ? Après le minage de l’avenue Khreschatyk par les agents du NKVD pour piéger les troupes allemandes après leur entrée à Kiev en juillet 1941, les Juifs sont accusés de l’attentat et tenus pour responsables, ce qui sert de prétexte aux premières exécutions. Bien que la décision de l’assassinat systématique des Juifs d’Europe n’ait pas encore été prise à l’été 1941, l’avancée de l’armée allemande s’accompagne de regroupement de populations juives, d’enfermement dans les ghettos et des premières exécutions de masse. La plupart des Juifs de Kiev fut emmenée et regroupée à Baby Yar pour y être assassinée.

Après la guerre, les Soviétiques comblent complètement le fossé. La première tentative de reparler de Babi Yar se fait pendant la période du Dégel, avec notamment le poème Babi Yardu poète Evtouchenko en 1961, ainsi que la treizième symphonie du compositeur Dimitri Chostakovitch qui reprend le poème en 1962. En 1976, le premier monument soviétique est inauguré. Il ne mentionne pas que ce sont essentiellement des Juifs, évoquant, comme c’était le cas en URSS, « des citoyens soviétiques » qui ont été assassinés à cet endroit. Après la chute de l’URSS et l’indépendance de l’Ukraine, d’autres monuments apparaissent, commémorant des groupes distincts. Seize monuments sont consacrés aux Juifs. Depuis, d’autres viennent commémorer séparément des nationalistes ukrainiens de l’UPA (Armée Insurrectionnelle Ukrainienne) fusillés ici, des popes orthodoxes pendus par les nazis, des résistants communistes exécutés.

Baby Yar est devenu le symbole de ce qu’on appelle la « Shoah par balles », comme Auschwitz est l’emblème des camps d’extermination. S’y est déroulé l’un des plus importants massacres. Il est important de se rappeler que plusieurs centaines de Roms composant trois caravanes furent également assassinés à Baby Yar, ce qui explique la présence depuis 1995 d’un monument en forme de chariot commémorant le génocide des Roms. 

Panneau à l’entrée du site de Babi Yar avec une carte des différents mémoriaux présents
Le premier monument soviétique à Baby Yar
Le monument au génocide des Roms
Monument aux victimes juives
Monument à deux popes orthodoxes pendus sur le site de Baby Yar
Monuments aux nationalistes ukrainiens tués par les nazis


Au terme de ce séjour, le constat est d’abord celui d’une omniprésence des traces des différents conflits et massacres du XXesiècle. Leur analyse doit à la fois se confronter au basculement majeur entre la période de la RSS d’Ukraine et celle de l’Ukraine indépendante, mais également à des enjeux mémoriels propres à chacune de ces périodes : période stalinienne, déstalinisation, Glasnost, pour la première, alternance de gouvernements pro-Ouest ou pro-russe depuis les années 1990. Cela se traduit, entre autres, depuis le début du XXIesiècle, par une tension entre la multiplication de mémoires « spécifiques » et la volonté simultanée d’établir une mémoire « nationale » ukrainienne.

Peut-on construire un « roman national » à partir d’une famine ? Quelle place accorder à la part considérable, démographique, culturelle, politique, que constituaient les Juifs sur ce territoire au début du XXesiècle alors que leur quasi disparition fut le fait de l’occupant allemand mais avec la participation active d’une partie des Ukrainiens ? Comment rejeter la mémoire soviétique quand c’est sous l’uniforme de l’Armée rouge que périrent tant d’hommes et de femmes de cette région pendant la Grande guerre patriotique ? 

Difficile d’envisager par ailleurs ces questionnements sereinement, entre colloques, tables rondes et rapports d’experts, quand le pays est en guerre sur sa partie orientale, ce qui n’est pas sans attiser les rejeux mémoriels de part et d’autre. On connaît les usages politiques de l’histoire, ils sont exacerbés dans de tels moments. La consultation des archives, le recueil des témoignages, tout simplement l’écriture de l’histoire n’en est que plus ardue. L’analyse des conflits mémoriels en cours paraît ô combien nécessaire à ces récits, souhaitons que très modestement nous ayons pu y contribuer.     

Le groupe à Bykyvnia, 6 juin 2018

Compte rendu collectif, rédigé avec le concours de Florencia Anconetani Martin Birraux, Kevin Desurmont, Cyliane Guinot, Guillaume Mulot, Victoria Pongnot et  Isia Salomon 


[1]   Toutes les photographies présentées ici ont été prises par des membres du groupe : © Traces de guerre.

[2]   Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Report on the human rights situation in Ukraine 16 August to 15 November 2017, Genève, Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, 2017, 44 p., ici p. 8-9.

[3]   Site du Musée, visité en ligne le 12 juin 2018 : http://memorialholodomor.org.ua/eng/about/about-the-museum/

[4]   Il s’agit d’une action secrète entreprise en 1942 par les services de sécurité du « 3eReich » pour effacer ou masquer les traces des meurtres de masse perpétrés en Europe occupée. Cf. Andrej Angrick, « Aktion 1005 » : Spurenbeseitigung von NS-Massenverbrechen 1942 -1945. Eine « geheime Reichssache » im Spannungsfeld von Kriegswende und Propaganda, Göttingen, Wallstein Verlag, 2018.

[5]Les documents des services de la police politique soviétique, le NKVD, ne précisent pas le lieu d’enfouissement des victimes. Faute d’exhumations extensives, les chiffres ne peuvent être que des approximations fondées sur le nombre de personnes exécutées.

[6]   Shapoval, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-sirice-2017-2-page-55.htm

[7]   https://fraza.ua/analytics/257831-kievskie-hroniki-fotoreportazh-iz-zabytogo-darnitskogo-kontslagerja-

[8]https://www.jewishgen.org/Communities/community.php?usbgn=-1060903


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.