Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Forêt de Bykivnia – Fosses soviétiques

6 juin 2018, matinée

Entrée du site du mémorial de Bykivnia

Nous nous sommes rendus dans la forêt de Bykivnia située non loin de Kiev. Nous découvrons une belle forêt entretenue avec, autour de certains arbres, des rubans aux couleurs des drapeaux de l’Ukraine et de la Pologne ainsi que quelques mots et photos. Après avoir traversé ce que nous apprendrons plus tard, au fil de la visite, être le « Chemin de la mort », nous arrivons devant trois grands monuments commémoratifs. Nous sommes reçus par Mme Sheptitska, directrice adjointe du musée-mémorial.

Une partie de la forêt de Bykivnia, qui est d’une superficie totale de deux-cents hectares, correspondait à un territoire secret du NKVD accordé le 20 mars 1937 par une décision du Conseil municipal de la ville de Kiev. Officiellement, la Terreur commence le 30 juillet 1937, mais le décret qui met en œuvre des répressions contre les antisoviétiques et assume la responsabilité des meurtres fut validé par le Comité central du PC quelques mois plus tôt. Le procès-verbal secret de cette attribution n’a toujours pas été retrouvé. Celui-ci attribuait cinq hectares au NKVD pour des besoins spéciaux : le but était d’enfouir les corps des personnes exécutées. La répression atteint son apogée  en 1937-1938, mais perdure jusqu’à l’occupation nazie. 

Le NKVD était autorisé à recourir à des procédures allégées d’enquêtes. Un aveu des suspects suffisait. Dans la plupart des dossiers, il y a une absence de preuve. Beaucoup de documents d’enquête furent falsifiés. Le quota de victimes était fixé pour chaque région, avec des catégories de personnes à fusiller ou déporter. Les quotas furent multipliés par quatre entre 1937 et 1938. Le nombre réel de victimes était contrôlé afin de rendre des comptes aux autorités supérieures. Au milieu de l’été 1937, le territoire accordé au NKVD dans la forêt obtint un statut spécial. Des tours d’observation et des maisons pour gardiens furent construites. Toutes les nuits, pour plus de discrétion, des corps étaient amenés par des camions empruntant le « chemin de la mort ». Ces corps étaient jetés dans les fosses et recouverts de chaux et de terre. Les Soviétiques firent croire aux habitants des environs qu’il s’agissait d’un dépôt d’artillerie. 

Les premiers à avoir écrit sur les fosses sont les occupants nazis. Le 29 septembre 1941, un journal berlinois rapporte alors que les soldats allemands, en creusant sur place pour trouver des armes, ont découvert des corps. Mais la victoire alliée et les très nombreux autres massacres pratiqués par les troupes nazies, dont celui de Baby Yar, firent oublier cet événement. 

Après la guerre, la palissade entourant le terrain fut démontée par les habitants pour reconstruire leurs maisons. Pendant longtemps, Bykivnia fut oubliée. Le regain d’intérêt date des années 1960 après la dénonciation des crimes de Staline lors du XXecongrès. Lentement, des personnalités publiques se sont intéressées au destin des disparus. En 1971, une commission gouvernementale a entrepris des fouilles. Les photos furent conservées et contrôlées par le KGB. Les corps exhumés furent ré-enterrés. Tous les documents qui restaient furent brûlés. De fausses informations furent transmises aux parents des victimes par le KGB – fausses dates, etc. –. Malgré les travaux de la commission, rien n’a été dit. Une deuxième commission fut mise en place en 1987-1988, qui aboutit à des conclusions similaires. En 1988, un premier monument fut érigé dans la forêt, un cube portant l’inscription « Victimes des envahisseurs fascistes ». Durant la perestroïkaet la glasnost, la société fit pression sur le pouvoir pour obtenir de réponses. L’identification des quatorze premiers noms prouva qu’il s’agissait de victimes de la Terreur. En 1989, le parquet ouvrit une enquête sur les événements passés. Elle fut close en 2001. Le « parc » fut formellement créé en 2001 avant d’être « aménagé » ultérieurement.

Les parties ukrainienne (en haut) et polonaise (en bas) du Mémorial

Aujourd’hui, le mémorial est divisé en deux parties, une pour l’Ukraine et une pour la Pologne. Un « Mur de la mémoire » est érigé avec les noms des victimes ukrainiennes de la répression. Tous les noms ne sont pas mentionnés, car ce mur a été gravé avant l’inauguration et les travaux d’identification des victimes se poursuivent toujours. Au centre de ce mur figure une stèle figurant la trace symbolique d’une balle. En face de ce monument se trouve une sorte de terre-plein surplombé de plusieurs croix. Un monument est également dédié aux victimes polonaises. Cette partie polonaise est considérée comme le quatrième cimetière de Katyńcar y sont également enterrés des officiers polonais exécutés par le NKVD suite à l’annexion de la partie orientale de la Pologne en septembre 1939, conformément au pacte germano-soviétique signé par Molotov et Ribbentrop. 

Il s’agit d’un site d’hommage permanent aux victimes du stalinisme, un des plus importants lieux d’enfouissement d’Ukraine. À ce jour, 1,5 des 5 hectares ont été fouillés. On estime entre 20 000 et 100 000 le nombre de victimes, tous les documents n’étant pas disponibles[5]. Ce lieu est considéré comme un cimetière militaire, lieu de mémoire commun pour tout le monde et pas seulement pour les Ukrainiens. Les monuments actuels ont été inaugurés en 2012. 

Le camp de prisonniers de guerre soviétiques de Darnitsa

6 juin 2018, matinée

Monument aux prisonniers de guerre soviétiques du camp de Darnitsa

Sur le chemin du retour vers Kiev, nous nous arrêtons en forêt pour rechercher les traces du camp de Darnitsa, camp de prisonniers de guerre (PG) soviétiques en mains allemandes, qui a fonctionné de septembre 1941 à juin 1943. Le nombre des victimes est estimé à 68 000 environ – soit un tiers du nombre total de prisonniers passés par le camp –. De très nombreux prisonniers de guerre ont été fusillés en 1943, au moment du repli de la Wehrmachtdevant la progression de l’Armée rouge. Un premier monument est inauguré par les Soviétiques en décembre 1968.

Vers le monument…

Еn 1988, en pleine polémique au sujet des victimes de la Bykivnia –portant sur l’identification des bourreaux –, resurgit dans l’espace public la mémoire du camp de PG soviétiques de Darnitsa. Une stèle fut installée portant l’inscription « Mémoire éternelle. Ici sont enterrés 6 329 soldats soviétiques, partisans, combattants clandestins, civils martyrisés par les occupants fascistes entre 1941 et 1945 ». Le monument officiel fut très discrètement inauguré le 6 mai 1988[6].

Le site sombre après progressivement dans l’oubli. En mars 2017, un site internet indépendant, Fraza[7], provoque le scandale en dénonçant par l’image l’abandon du site, envahi d’ordures et de déchets. La réaction des autorités locales permet une remise en état que nous pouvons constater lors de notre visite. Le site est indiqué par une modeste pancarte ; un chemin goudronné en bon état mène au monument. Des fleurs, séchées depuis le 9 mai, témoignent de pratiques commémoratives persistantes, au moins encore en 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.