Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Musée de l’Histoire de l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale

5 juin 2018, après-midi

L’extérieur comme antichambre du musée de la Seconde Guerre mondiale

Avant même de pénétrer dans le musée, le visiteur qui veut rejoindre le complexe a pu apercevoir, depuis plusieurs kilomètres déjà, la statue de la Mère patrie, surplombant Kiev de son regard d’acier. Marchant en direction du musée, le visiteur n’aura pas manqué non plus de voir les véhicules guerriers qui lui sont présentés : chars, avions, camions, et katiouchas, les fameux lance-roquettes soviétiques. Le voilà ensuite arrivé sur l’esplanade du musée et, là encore, le gigantisme et le spectaculaire sont de mise. Pouvant accueillir jusqu’à trente mille personnes, cette esplanade est un lieu de prédilection pour toutes les grandes manifestations ayant trait à la Seconde Guerre mondiale.

En dehors de ces moments de célébration, elle n’est pas moins marquée par une histoire militaire. En face de l’entrée du musée trônent ainsi trois chars, particulièrement appréciés des enfants, qui aiment à les escalader pour finalement chevaucher le canon. Avec ces nouvelles générations, l’histoire ne manque pas de rencontrer le présent. L’un des chars est repeint aux couleurs de l’Ukraine, symbole qui rappelle que le pays est en guerre. Mais l’histoire saisie par le présent, c’est aussi la célébration. On trouve sur cette esplanade plusieurs grands ensembles, hérités de l’époque soviétique. Parmi eux une sculpture de F. Sohioan, La traversée du Dniepr, célébrant le courage de l’Armée rouge, prise, en 1943, pendant plusieurs mois, dans une bataille décisive pour libérer Kiev ; ou encore la flamme de la gloire, juste au-dessus du Dniepr, et célébrant, elle-aussi, la victoire sur les armées allemandes.

La statue de la Mère patrie

La statue de la Mère patrie surplombe le musée. Haute de 62 mètres – 102 mètres si l’on compte le piédestal –, elle a été réalisée par le sculpteur Vasyl Borodai. Inaugurée en 1981 par Léonid Brejnev, elle est aujourd’hui un symbole de Kiev. Un caractère symbolique qui n’empêche pas de la voir au cœur de polémiques quant au souvenir soviétique qu’elle porte. De fait, le sommet intérieur de sa base est orné de mosaïques évoquant l’époque soviétique, de même que l’étoile siglée СССР – Union des républiques socialistes soviétiques –, au centre de cet ensemble intérieur. Le bouclier de la statue est, lui aussi, orné de symboles soviétiques, dont la faucille et le marteau. Cela alors que, depuis 2015, le parlement ukrainien a interdit les symboles de cette époque dans l’espace public. La question se pose ainsi de savoir que faire d’un tel héritage symbolique.

Le musée de l’Histoire de l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale

Plus grand musée du pays, le musée de l’Histoire de l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale témoigne des changements qu’a traversés l’Ukraine depuis sa création en 1981. Anciennement nommé « musée de la Grande Guerre patriotique » le désormais « musée de l’Histoire de l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale » n’a plus grand chose de semblable avec son prédécesseur – que ce soit dans le choix des expositions ou l’agencement et le récit historique produit. Son nouveau nom place bien la « nation ukrainienne » comme sujet et la Seconde Guerre mondiale comme un moment de son histoire. L’Ukraine est alors posée comme un sujet unifié : d’un cube de plexiglas (surnommé la « boîte de Pandore »), rempli de cartouches – dont chacune symbolise un mort ukrainien dans la région en guerre du Donbass depuis 2014 – en passant par l’omniprésence d’armes et de représentations guerrières, littéralement du sol au plafond.

Entrée du musée de l’Histoire de l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale

La guerre du Donbass est placée au premier plan dans l’exposition temporaire présentée dès la première salle, centrale dans l’architecture du musée. Le visiteur chemine ensuite à travers une dizaine de salles thématico-chronologiques – l’occupation soviétique, l’occupation allemande, le génocide juif, les résistances communistes et nationalistes – au rez-de-chaussée. Au premier étage, la disposition est similaire ; la mémoire des morts y est davantage accentuée : la scénographie fait notamment explicitement référence à la liturgie chrétienne. Par la suite, le directeur de la section recherche du musée, qui nous guide en anglais dans l’exposition et le musée, nous a amené aux pieds de la statue de la Mère Patrie d’où l’on aperçoit un panorama de Kiev. Enfin, nous visitons l’énorme domaine sur lequel s’étend le musée où cohabitent fresques monumentales et guerrières et des blindés de toutes sortes.  

L’exposition temporaire du musée est regroupée dans le hall, d’aspect gigantesque. Elle traite de l’actuelle guerre du Donbass où s’affrontent, d’un côté, les nationalistes ukrainiens et, de l’autre, les séparatistes soutenus militairement et financièrement par l’État russe – qui le nie –. L’exposition est très symbolique : elle repose sur le postulat que montrer des objets – voitures, ambulances, panneaux, drapeaux, criblés de balles de préférence – pris sur les lieux d’un événement – la guerre dans le Donbass – dit une « vérité » sur cet événement : en l’occurrence, sa violence et le caractère juste de la cause ukrainienne. Tout se passe comme s’il y avait, d’une part, adéquation évidente entre l’objet et l’intrigue historique et, d’autre part, comme si montrer le réel équivalait à montrer « la » vérité, une et unifiée.

Dans les premières salles du musée, des objets ramenés du front du Donbass

Pourquoi montrer ces objets ? Selon notre conférencier, ils sont un moyen d’incarner une guerre certes contemporaine mais éloignée de Kiev. Les objets présentés « parce qu’ils sont authentiques, qu’ils sont vrais et que la vie est violente » le permettent. Cependant, montrer des douzaines de panneaux arrachés à une zone de guerre ne raconte que très partiellement la violence quotidienne et notamment psychologique de la guerre ; ils produisent l’effroi par la répétition des lieux qu’ils évoquent davantage qu’ils ne produisent un discours explicatif.

Intérieur du musée de la Seconde Guerre mondiale

Après l’exposition sur le Donbass, nous entrons dans la première salle de l’exposition permanente du musée. Elle se concentre sur l’invasion allemande de l’Ukraine, avec une immense photo de soldats SS qui s’étale tout le long de la salle. Qu’importe qu’il s’agisse en réalité d’un défilé, le but est de faire comprendre au visiteur la submersion de l’Ukraine entièrement livrée aux griffes des nazis. Dans cette salle se trouvent de nombreuses photos, des armes et deux uniformes, l’un nazi, l’autre soviétique. Chacun d’eux accompagnés de plusieurs objets formant la panoplie réglementaire du soldat en campagne.

Une autre salle relate la chute de Kiev. Le musée met notamment en avant le dynamitage, lе24 septembre 1941, du centre-ville de la capitale par le NKVD afin de ne rien laisser aux envahisseurs. Les occupants instrumentalisent cette série d’explosion dont ils rendent les Juifs de Kiev responsables : elle sert de prétexte à leur extermination à Baby Yar quelques jours plus tard. La pièce suivante évoque la Shoah en Ukraine, avec des barbelés amenés des camps, des photos de déportés et une des pancartes « Jedem das Seine » (À chacun son dû) fréquemment placardées à l’entrée des camps nazis. Au centre se trouve un des tristement célèbres broyeurs d’os du camp de Janowska – situé près de Lviv dans l’ouest du pays –, utilisés par les Allemands pour faire disparaître les corps des victimes dans le cadre de l’Aktion 1005[4]. Une autre salle évoque le sort des civils ukrainiens, l’exode devant l’arrivée des Allemands, bien que nombreux sont ceux qui choisirent de rester, persuadés que les nazis serait moins cruels que Staline.

Sur l’entièreté du mur d’une salle, l’exode devant les troupes allemandes, juin-juillet 1941

À l’étage, d’autres salles présentent de nombreux objets, des véhicules et surtout des armes. On remarque aussi la présence de peintures guerrières gigantesques – fresques panoramiques. Elles insistent sur le côté dramatique, voire romantique, du combat. L’une représente la traversée du Dniepr par l’Armée rouge et une autre, dans l’avant dernière salle, montre la prise du Reichstagdans Berlin en flammes. On trouve également des certificats de décès de soldats morts au combat. Notre guide nous explique que c’était toujours le même texte qui était envoyé à toutes les familles. Les circonstances de la mort de l’individu n’étant jamais expliquées, tous les morts sont mis sur le même plan. Les dernières salles rendent hommage aux soldats et à leurs familles, comme cette femme qui a perdu tous ses fils dans la guerre. Enfin, la dernière salle contient des milliers de lettres et de photos de soldats affichés au mur, personnalisation des disparus qui est présente désormais dans bien des musées à travers le monde. Mais avec une particularité que constitue cette immense table avec des bouteilles et verres évoquant la pratique commune du repas de deuil. 

La salle de la mémoire des victimes de la guerre

Ce musée montre la difficulté du pays de concilier les mémoires soviétique et ukrainienne de la Seconde Guerre mondiale. Les partisans soviétiques ont une salle qui leur est consacrée. Une autre encore évoque l’action des nationalistes ukrainiens qui pour une partie d’entre eux ont d’abord collaboré avec l’occupant avant de s’y opposer une fois les rêves d’indépendance évanouis. Des armes, des morts, des héros, des martyrs avec une touche de romantisme, comment réunir dans ce même lieu, empreint de patriotisme, les histoires contraires de la période ? Difficulté d’un récit mémoriel d’un pays qui avait alors perdu son indépendance pour devenir une des Républiques de l’Union soviétique, et qui était sorti profondément meurtri de la guerre, sa population juive anéantie, non sans la participation de groupes nationalistes. Complexité relevée par notre guide, soulignant combien cette histoire est sujette aujourd’hui aux effets de propagande.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.