Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Musée national Mémorial pour les victimes de l’Holodomor

5 juin 2018, matin

Le mémorial, ouvert au public depuis 2010, est situé à Kiev, sur les rives du Dniepr, à proximité de la Laure-des-Grottes, un site religieux et touristique de renommée internationale. Il commémore les millions de victimes de la famine ayant touché l’Ukraine en 1932-1933, désignée par les autorités ukrainiennes par le terme de « Holodomor ». Ce mot vient de la contraction entre le terme ukrainien Holodqui signifie « faim », et Morytqui signifie « tuer d’épuisement » ; il peut ainsi être traduit par « extermination par la faim ». Le musée-mémorial est implanté dans un grand parc, juste à côté du monument commémorant les soldats soviétiques ayant perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale. La cohabitation des deux sites illustre l’existence de deux mémoires concurrentes : le mémorial de l’Holodomor promeut une mémoire nationale ukrainienne, venant contrebalancer la mémoire soviétique, représentée par le monument aux morts – un type d’édifice présent dans tous les territoires de l’ancienne Union soviétique –. Le complexe comprend une place aménagée, un monument en forme de bougie – symbolisant selon notre guide la mémoire nationale – qui surplombe une allée menant à deux salles ouvertes à la visite. L’une est consacrée au visionnage d’une vidéo, l’autre à l’exposition proprement dite, avec un espace de recueillement. Cette dernière salle ouvre sur un escarpement à l’extérieur, aménagé en terrasse avec des blocs de pierre gravés des noms des villages touchés par la famine. Pour y accéder, on passe devant une cloche que l’on peut actionner pour symboliquement réveiller le souvenir des victimes.

L’accès à la cloche du mémorial du ’Holodomor

La visite guidée – assurée en anglais par une conférencière du musée – commence au centre de la place, où se trouve une statue d’une fillette très maigre – visiblement affamée–, symbolisant les victimes de l’Holodomor. Le choix de l’allégorie d’une petite fille met en scène un personnage doublement victime, en tant qu’enfant – représentation associée à l’innocence – et en tant que femme – traditionnellement figure antinomique de la violence. La fillette tient dans la main cinq épis de blé, une allusion à une loi promulguée le 7 août 1932, dite « loi des cinq épis », punissant durement « le vol et la dégradation de la propriété socialiste » et donc – si l’on s’en tient à une interprétation très large – la possession d’épis cultivés dans les champs collectivisés d’Union soviétique. La collectivisation de l’agriculture soviétique entraîne une famine d’ampleur considérable parmi la population rurale ukrainienne, incapable de remplir les quotas élevés imposés par les autorités, et subissant la réquisition forcée du blé, son principal moyen de subsistance. Douze meules réparties de manière circulaire autour de la place rappellent ainsi l’importance du grain pour les campagnes ukrainiennes du début du XXesiècle. Selon notre guide, cinq à sept millions d’Ukrainiens – sur un total de vingt-huit millions – sont morts pendant le Holodomor, des chiffres plus élevés que ceux généralement avancés par les historiens, qui oscillent entre quatre et cinq millions. En se rapprochant de l’entrée du Musée, les visiteurs passent devant deux anges sculptés dans du basalte noir qui se regardent face à face et représentent les gardiens de toutes les victimes décédées dans la famine.

Sculpture d’une petite fille affamée devant le mémorial de l’Holodomor 

L’une des premières images qu’on peut voir à l’entrée du Musée est une sculpture d’une petite fille affamée avec un épi de blé dans la main. Cette image est un symbole souvent utilisé pour représenter la faim profonde d’une société, la douleur, à travers la représentation du traumatisme infantile. La visite se poursuit à l’intérieur du mémorial, surplombé par la sculpture en forme de bougie. Autour d’elle sont disposées quatre croix en treillage métallique. Trois sont consacrées à des épisodes de famine distincts ayant touchés l’Ukraine soviétique (1921-1922 ; 1932-1933 ; 1946-1947). Sur la dernière, une statue représente un vol de cigognes se dirigeant vers le ciel, qui veut symboliser l’aspiration du peuple ukrainien à la liberté. Alors que l’existence de divers épisodes de famine apparaissait au départ dans le nom du complexe mémoriel (le « mémorial des victimes des holodomors »), en 2015 celui-ci est devenu le « mémorial des victimes de l’Holodomor ». La transformation du nom du mémorial témoigne de l’effacement progressif du souvenir des famines de 1921-1922 et 1946-1947 (holodomorsavec une minuscule et au pluriel) au profit de celle de 1932-1933 (Holodomoravec une majuscule et au singulier). Les informations disponibles en ukrainien, en russe et en anglais sur le site internet du mémorial permettent de constater que le mot holodomors est traduit en anglais par « famine » quand il est utilisé au pluriel avec une minuscule, pour évoquer l’ancien nom du mémorial. En revanche, le terme Holodomoravec une majuscule est utilisé tel quel, comme un nom propre. Cela témoigne de la fonction référentielle acquise par le terme « Holodomor », désormais associé exclusivement à la famine de 1932-1933. De fait, la suite de la visite confirme ce glissement mémoriel, puisqu’il n’est plus jamais fait mention des événements de 1921-1922 et 1946-1947 dans la partie muséale du complexe.

Le livre des victimes de la Grande famine

L’insistance portée sur le Holodomor et sa spécificité vis-à-vis des autres épisodes de famine, les conditions de pénuries étant sciemment aggravées par les décisions politiques de Staline, s’inscrit dans un processus mémoriel qui se développe en lien étroit avec la construction d’une identité nationale ukrainienne, depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991. Comme ailleurs, la définition de la nation ukrainienne est une construction historique, et la désignation du Holodomor en tant que génocide des Ukrainiens perpétré par l’Union Soviétique a une double fonction dans l’affirmation d’une identité ukrainienne spécifique. Qualification de « génocide » contestée par les Russes, mais aussi plus largement discutée par les historiens quant à l’intention réelle d’élimination de la nation ukrainienne par les autorités soviétiques. D’une part, cette mémoire est un facteur d’union nationale, car elle est intégrée au fond culturel commun des Ukrainiens et fonctionne comme une « connexion entre les générations de la nation ukrainienne »[3]. De nombreuses visites sont d’ailleurs organisées pour un public scolaire, prévoyant des interventions dont les titres soulignent la dimension ethnique du Holodomor. D’autre part, la désignation même de génocide présuppose l’existence d’un genos – c’est-à-dire d’un peuple – ukrainien, placé dans une opposition irréductible avec une « identité soviétique » non définie. Selon la version présentée au sein du mémorial – c’est-à-dire la version officielle défendue par l’État ukrainien – les autorités soviétiques – assimilées aux Russes – ont « tenté de remplacer l’identité ukrainienne par l’identité soviétique » en utilisant l’extermination par la faim.

Dès le début de la visite, notre guide nous précise que la qualification de génocide a été reconnue en Ukraine en 2006 et qu’actuellement 25 pays du monde la reconnaissent, bien que cela ne soit pas le cas des Nations unies. Le mémorial, qui est une structure d’État, associe le Holodomor à un génocide, en accord avec la loi. La vidéo d’une dizaine de minutes proposée aux visiteurs – dans notre cas dans une traduction française – n’explicite pas le concept de génocide et son application au cas de l’Holodomor, mais donne la chronologie des événements de 1932-1933, en entretenant la confusion entre autorités soviétiques et Russes ethniques, puis s’intéresse à la question des témoignages internationaux et du silence des nations face cette tragédie. L’analyse de l’Holodomor comme un génocide, s’appuyant sur une grille de lecture des événements élaborée par Raul Hilberg au sujet de la Shoah, ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les chercheurs. L’ampleur de la famine et le fait que celle-ci ait été provoquée par les décisions politiques de la direction stalinienne sont désormais des points qui font consensus parmi les historiens. Mais les intentions des autorités soviétiques, et particulièrement celles de Staline, font encore débat. Celui-ci tourne essentiellement autour de la dimension ethnique des mesures de répression. Le Holodomor témoigne-t-il d’une politique russe visant à exterminer tous les Ukrainiens, femmes et enfants en particulier, ou bien d’une politique incapable de prendre en compte les informations alarmistes venant d’Ukraine ? La grille de lecture des Staliniens était-elle ethnique ou politique ? La réponse à cette question telle qu’elle est présentée dans le mémorial montre à quel point la mémoire de l’Holodomor n’est pas neutre politiquement.

De même, le lien entre le nationalisme ukrainien et la mémoire de l’Holodomor peut expliquer un processus de mémorialisation effectué par le haut. La construction a été initiée et encouragée à partir de 2006 par le président ukrainien Viktor Iouchtchenko, partisan de l’exaltation de l’identité ukrainienne. De fait, le monument est implanté à Kiev : le choix de la capitale de l’Ukraine contemporaine souligne l’envergure nationale que l’on souhaite donner à la commémoration des victimes de l’Holodomor. Par ailleurs, la composition du complexe se rapporte à ce qu’Annette Wieviorka qualifie de « grammaire globale » de l’architecture mémorielle, influencée par le modèle des mémoriaux commémorant les victimes de la Shoah, comme Yad Vashem ou le United States Holocaust Memorial Museum de Washington. Les statues allégoriques, les noms des villages martyrisés gravés sur des blocs de pierre qui concluent la visite et la possibilité d’effectuer plusieurs actes de portée symbolique – comme déposer une bougie allumée dans un espace prévu à cet effet ou actionner la cloche – sont autant d’éléments illustrant cette « grammaire globale ».

Le premier but affiché par le mémorial est de « préserve[r] la mémoire sur la tentative de [l]a destruction [de l’identité ukrainienne (sic)] », programme en effet mis en œuvre dans l’ensemble du site. Le deuxième objectif est de favoriser l’organisation de la recherche des sources historiques afin de créer des bases de données, de rassembler des preuves documentaires sur le Holodomor et de les exposer aux visiteurs. Il reste encore un travail considérable à accomplir, notamment sur le recensement des victimes, dont le nombre ne peut être qu’approximativement estimé. La partie pédagogique semble pour l’instant la moins développée : les informations disponibles dans la salle d’exposition sont peu nombreuses et la mise en contexte des objets exposés succincte, bien que des objets connectés, que nous n’avons pas eu le temps d’utiliser, soient à la disposition des visiteurs individuels. Cela s’explique sans doute en partie par un manque de place, qui devrait bientôt être résolu. En effet, lors de notre visite, des travaux étaient cours pour construire une nouvelle aile du musée, prévue pour le début des années 2020, afin d’augmenter la surface consacrée aux expositions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.