Sur les traces de la violence de masse en Ukraine

Voyage d’étude et de recherche, 4-9 juin 2018

Réalisé avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

Guerre et conflit, voilà deux termes que l’on ne saurait employer au passé au sujet de l’Ukraine. Depuis 2014, l’Est du pays est déchiré par un conflit armé qui voit s’affronter l’armée ukrainienne et des forces sécessionnistes dans la région du Donbass, frontalière de la Russie.

L’histoire joue un rôle non négligeable dans la cristallisation, si ce n’est l’explosion, du conflit. La mémoire de la Seconde Guerre mondiale a été largement invoquée par les deux camps. Les uns, séparatistes du Donbass, accusant les autres – le pouvoir à Kiev et ses alliés – d’être des héritiers des nationalistes de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, un temps collaborateurs des nazis et combattants après 1943 contre les forces de l’Armée rouge.

La guerre marque ainsi profondément la société ukrainienne. On peut en lire les traces dans l’espace public à Kiev que nous visitons pourtant quatre ans après le début de la guerre.

La guerre du Donbass 

Tout débute vraiment au cours de l’hiver 2013-2014, avec les manifestations de l’EuroMaïdan, sur la place de l’Indépendance au cœur de Kiev qui conduisent à la fuite puis à la destitution du président Victor Ianoukovytch le 23 février 2014, au profit d’un gouvernement pro-européen formé par Arseni Yasteniouk le 27 février. Cette place occupée alors plusieurs mois et où les affrontements ont provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes est depuis devenue, en partie, un espace commémoratif évolutif. Les premiers autels en l’honneur des victimes, spontanément érigés par des proches et des militants, ont été progressivement ordonnés, institutionnalisés. Photographies, fleurs, objets personnels sont présents et témoignent d’un recueillement toujours d’actualité.

À la différence de la Révolution orange de 2004, la crise ne se dénoue pas. Le pays ne se stabilise pas. La Crimée est annexée par les Russes entre la fin février et la fin mars. Début avril 2014, les meetings d’opposition aux changements du gouvernement central virent à l’insurrection dans plusieurs régions de l’Est de l’Ukraine. Des bâtiments gouvernementaux sont pris d’assaut. Dans les deux provinces de Donetsk et Lougansk des républiques indépendantes sont proclamées. C’est l’origine d’un conflit armé extrêmement violent et durable. Malgré les tentatives de négociations – accords de Minsk – et un cessez-le-feu instable, la guerre continue dans l’Est de l’Ukraine. Fin 2017, le haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme avance le nombre de 10 303 morts, dont au moins 2 523 civils, et de 24 778 blessés[2], sans parler des nombreuses atteintes aux droits de l’Homme, par les deux camps, et des centaines de milliers de civils déplacés. 


À Kiev, on ne ressent pas cet état de guerre par les détériorations matérielles ou les traces de violences militaires. Pour autant, même à des centaines de kilomètres du front, en plein cœur de la capitale, on sait que le pays est bien en guerre. Des soldats que l’on croise, dont certains probablement en permission, aux affiches du métro louant leur dévouement, en passant par des mémoriaux improvisés, la guerre n’est pas là avec toute sa violence, mais elle a déposé, au cœur de la capitale, et probablement dans le reste du pays, une empreinte symbolique, des traces palpables de guerre et de conflit. On assiste également à un processus d’officialisation de la commémoration des ces événements. C’est le cas au musée de l’Histoire de l’Ukraine dans la Seconde Guerre mondiale, devant lequel se trouve un char aux couleurs ukrainiennes. Dans l’entrée est exposé un cube de plexiglas rempli de douilles de munition, une par victime du conflit. C’est également le cas hors de la capitale, à Zhytomyr où, par exemple, une salle du musée d’histoire locale est consacrée au conflit. Un monument a aussi été érigé à l’entrée de la ville. 

Les héros du Donbass, Musée de Berditchev
Affiche dans le métro de Kiev

La guerre que connaît aujourd’hui l’Ukraine, dans sa partie orientale, s’inscrit dans une longue série d’événements meurtriers qu’a connus le pays au XXesiècle et qui constitue l’objet principal de notre voyage d’étude : la Grande famine de 1932-1933 – désignée en Ukraine sous le nom de Holodomor depuis la fin des années 1980 –, les purges staliniennes, la Grande Guerre patriotique, la Shoah.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.