La mutinerie de Villefranche de Rouergue : 17 septembre 1943

Mercredi 21 novembre, nous recevrons Xavier Bougarel. Il est chargé de recherches HDR au CNRS, rattaché au CETOBAC, le Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques de l’EHESS. Ses recherches portent l’islam en Bosnie-Herzégovine et dans l’Europe du Sud-Est et sur les guerres dans cet espace et notamment en Bosnie-Herzégovine (Seconde Guerre mondiale et guerre de 1992-1995). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Survivre aux empires. Islam, identité nationale et allégeances politiques en Bosnie-Herzégovine.

Il interviendra sur les recompositions mémorielles et les circulations archivistiques autour d’un événement de 1943.

Le 17 septembre 1943, un bataillon de la Waffen-SS se mutinait dans la ville de Villefranche-de-Rouergue. Ce bataillon appartenait à la 13edivision SS dite « Handschar », composée d’un encadrement allemand et d’une troupe musulmane et, plus marginalement, catholique originaire de Croatie. D’emblée, cet évènement a donné lieu à deux perceptions différentes, l’une française percevant la mutinerie de l’extérieur, et une allemande la décrivant de l’intérieur. Les documents produits à cette époque vont alimenter une circulation archivistique qui n’a pas cessé depuis. Dans l’immédiat après-guerre, une commémoration franco-yougoslave de l’évènement s’est mise en place, avant que la Yougoslavie socialiste ne s’en désengage dans les années 1950.Une commémoration française s’est par contre maintenue, associant autorités municipales et associations d’anciens résistants, et à peine perturbée par les activités parallèles de certaines associations croates.

Monument inauguré en 2006

L’effondrement de la Yougoslavie dans les années 1990 a par contre provoqué une recomposition mémorielle profonde et conflictuelle, avec l’émergence d’une mémoire croate hégémonique et d’une mémoire bosnienne subalterne, l’éclatement d’un grave conflit entre la municipalité et l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) et la résurgence tardive d’une mémoire allemande. Cette recomposition mémorielle s’est doublée de nouvelles pratiques commémoratives et de la mobilisation de nouvelles archives par divers historiens professionnels ou amateurs. Le cas de Villefranche-de-Rouergue montre donc que les mémoires de la Seconde Guerre mondiale restent vives et conflictuelles, en ex-Yougoslavie comme en France, que leurs enjeux s’imbriquent et se répondent au-delà des frontières, et que l’incomplétude des archives est la condition de l’imagination historique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.