Mémoires de pierre et d’acier

Mercredi 14 novembre, nous aurons le plaisir d’accueillir M. Jesus ALONSO CARBALLÉS, professeur à l’Université Bordeaux Montaigne. Il nous parlera des monuments dédiés aux victimes de la guerre civile espagnole au Pays basque.

Les politiques symboliques autour de la mémoire de la guerre civile espagnole ont été centrales dans la légitimation de la dictature franquiste pendant presque quarante ans. Depuis quelques décennies, on assiste, néanmoins, à un processus de remise en question de cet héritage et au retour en force d’une mémoire républicaine qui essaie de se frayer un chemin au sein de la société espagnole. Dans le deux cas, les monuments, en pierre sous le franquisme, souvent en acier dans la période démocratique, se situent au cœur des systèmes symboliques mises en place visant à garder présent la trace de la guerre et de ses conséquences dans l’espace public.
Dans notre intervention nous reviendrons sur ces processus mémoriels à partir de l’étude du cas du Pays basque. D’abord en analysant l’importance des monuments franquistes, ensuite en étudiant la vague de monuments érigés récemment en mémoire de victimes républicaines, une sorte de revanche mémorielle qui ne laisse nulle place pour une récupération critique du passé. Or, après plus de quarante ans passés à remémorer uniquement les victimes franquistes, comment passer à une mémoire commune de paix sans que les victimes républicaines aient eu, elles aussi, leur deuil collectif ?

Monument en mémoire des victimes républicaines


Notre invité analysera dans son intervention cette sorte de mouvement pendulaire de la mémoire. Si les victimes franquistes étaient omniprésentes jusqu’à la fin des années soixante-dix, les victimes républicaines ont suivi le chemin inverse en passant des profondeurs de l’oubli auquel elles furent condamnées sous la dictature à une visibilité indiscutable aujourd’hui.
Dans ce processus les monuments commémoratifs, médiateurs privilégiés du présent avec le passé, constituent de marqueurs notables du poids de la mémoire des victimes de la guerre au sein des sociétés contemporaines, une trace analysée ici comme la preuve saillante de l’exercice du pouvoir dont le message est toujours sélectif et comporte une imposition idéologique au service des objectifs présents.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.