Traces de la violence politique

Le 24 octobre 2018, nous aurons le privilège de recevoir la réalisatrice Carmen Castillo. Elle est l’auteur de plusieurs documentaires sur le Chili de Pinochet et notamment Rue Santa Fe et la Flaca Alejandra.

Présentation de notre invitée dans le livret du DVD de Rue Santa Fe

Carmen Castillo est née à Santiago du Chili. Historien, militante du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR), elle travaille à la Moneda auprès du Président Salvador Allende en 1970. Après le coup d’état militaire, le 11 septembre 1973, elle vit dans la clandestinité avec Miguel Enriquez, son compagnon et chef de la Résistance. Le 5 octobre 1974, la maison clandestine est prise d’assaut par les militaires, Miguel meurt. Carmen Castillo, enceinte, blessée, est emprisonnée et, après une vaste campagne internationale, expulsée du pays.

Réfugiée en France, elle travaille avec Agnès B, écrit des récits et réalise des films documentaires pour la télévision. Après la fin de la dictature en 1990, le Chili reste, pour elle, hostile et étranger. Depuis 2002, date où elle entreprend l’écriture et le travail du film Rue Santa Fe, elle vit en Paris et Santiago.

Affiche de la campagne internationale visant à la libération de Carmen Castillo.

Notre séance cherchera à voir comment le documentaire permet de dire les traces de la violence politique, aussi bien au niveau personnel, qu’historique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.