Identifier les disparus

Séance du 10 octobre 2018

Autour du travail de Taina Tervonen, journaliste aux Jours

Journaliste, auteur, interprète, Taina Tervonen “écrit depuis toujours sur les migrations, la famille, les récits de vie”. Elle a notamment réalisé un webdocumentaire sur l’école du village de Trnopolje, au nord-ouest de la Bosnie, transformée en camp de concentration par lequel transiteront environ 25 000 personnes, toutes non-serbes.

Pour les jours, elle est l’auteur d’une obsession “Les disparus”, consacrée au destin des migrants. Elle débute son enquête autour du naufrage d’un chalutier en 2015 et le travail d’identification des morts.

Chaque guerre, chaque conflit laisse derrière lui des disparus. Ils font partie du paysage post-conflit, douleur intime des familles qui attendent, parfois pendant des dizaines d’années, alternant doute et espoir. L’être humain a besoin de ritualiser la mort. Mais sans la matérialité d’un corps, qui peut-on honorer? Les disparus ne sont ni parmi les morts, ni parmi les vivants, ils errent dans l’esprit de ceux qui les cherchent. De la Bosnie des années 90 à la Méditerranée d’aujourd’hui, quelle est notre responsabilité de vivants face aux morts que l’histoire nous lègue?

Autour de ces thématiques, un colloque et un numéro spécial de la revue les Cahiers S-IRICE ont été consacrés à la question des traces matérielles de la mort de masse. Nous vous invitons à lire également ces articles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.