Mercredi 5 octobre 2016 – séance du séminaire Traces de guerre

mercredi 5 octobre de 17h30 à 19h30

Salle F 603

Université Paris 1 Sorbonne – Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, galerie J. B. Dumas, esc. L, 1er étage

Nous recevrons Tatiana Kuzina, université Paris 8, EA 7322 « Littérature, histoires, esthétique » / Université Grenoble Alpes sur le thème : L’Objet et le modèle archéologique dans la création sur la Shoah

Le témoin, le témoignage et la transmission constituent le centre des réflexions sur l’écriture de la Shoah, de sorte que toute œuvre qui rend ces notions moins opérationnelles se trouve classée dans les marges. Ce travail propose de changer de perspective en se concentrant sur ces marges et en supposant la présence d’un modèle mémoriel alternatif. Il s’appuie sur un corpus littéraire et plastique qui actualise le sujet de la Shoah grâce aux objets et propose d’examiner leur capacité de résonner à l’intérieur d’une œuvre concrète et dans l’ensemble de la création, de relever leur potentiel combinatoire et de voir comment s’articule leur absence. Se pose également la question de l’inscription de la photographie analogique dans les textes : à la fois objet et image, elle apparaît
comme un élément constitutif de l’intrigue et permet de rappeler les disparus dans un contexte post-événementiel, sans toutefois accroître la visibilité et l’accessibilité du passé. Le caractère opaque et intègre des objets présents dans la création sur la Shoah les dote d’une valeur autonome et conduit à une réévaluation des rapports entre le personnage-témoin, le narrateur et le lecteur. Dans ce modèle, la présence du témoin n’est pas déterminante pour l’évocation du passé : c’est un personnage de la quête menée par le narrateur. Ce dernier revêt le rôle d’archéologue : il explore son présent, repère
des résidus du passé, les décrit et tente de les interpréter, sans jamais aboutir à un récit cohérent. La création s’ouvre ainsi à un troisième acteur de la mémoire : elle émancipe le lecteur en l’invitant à formuler le sujet de l’œuvre et à devenir un véritable acteur du modèle archéologique.
Œuvres littéraires
APPELFELD, Aharon, Histoire d’une vie (1999), traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2004.
APPELFELD, Aharon, L’Immortel Bartfuss (1983), traduit de l’hébreu (Israël) par Sylvie Cohen, Paris, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2005.
COHEN, Marcel, Sur la scène intérieure, Paris, Gallimard, 2013.
FOER, Jonathan Safran, Tout est illuminé, traduit de l’anglais (États-Unis) par Jacqueline Huet et Jean- Pierre Carasso, Paris, le Seuil / Editions de l’Olivier, 2003.
GARY, Romain (AJAR, Émile), La Vie devant soi, Mercure de France, 1975.
GARY, Romain, La Danse de Gengis Cohn, Paris, Gallimard, 1967.
HESSE, Thierry, Démon, Paris, Éditions de l’Olivier, 2009.
KERTÉSZ, Imre, Le Chercheur de traces (1977), traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba, Arles, Actes Sud, 2003.
MENDELSOHN, Daniel, Les Disparus, traduit de l’américain par Pierre Guglielmina, Paris, Flammarion, 2007.
MODIANO, Patrick, Dora Bruder (1997), Paris, Gallimard, 1999.
OZICK, Cynthia, Le Châle, traduit de l’anglais par Jean-Pierre Carasso, Paris, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 1991.
PEREC, Georges, W ou le souvenir d’enfance, Paris, Denoël, 1975.
SEVELA, Ephraïm, « Subbotnie podsvečniki » [Les Chandeliers du samedi], in Popugaj, govorâŝij na idiš [Le perroquet qui parle le yiddish], Moskva, Žizn’, 1992.
YUDSON, Mikhaïl, Lestnica na škaf : Skazka dlja èmigrantov [L’Échelle pour monter sur l’armoire : Conte pour les émigrés], Moskva, OGI, 2005.
Œuvres plastiques
BOLTANSKI, Christian, Personnes, 2010, installation temporaire présentée au Grand Palais, Paris, France.
BOLTANSKI, Christian, Réserves, Canada, 1988, collection du Centre Pompidou, Paris, France.
BOLTANSKI, Christian, Réserves du Musée des Enfants I, 1989, collection du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, France.
GISINGER, Arno, Archéologie, 2005 (réalisé entre 1994 et 2004).
GISINGER, Arno, Inventarisiert, 2006 (réalisé en 2000), Museen des Mobiliendepots, Vienne, Autriche.
SHALEV-GERZ, Esther, Menschen Dinge [L’Aspect humain des choses], 2010 (réalisé entre 2004 et 2006), collection du Mémorial de Buchenwald, Weimar, Allemagne.
Quelques références bibliographiques
APPELFELD, Aharon, L’Héritage nu (2004), traduit de l’anglais par Michel Gribinski, Paris, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2006.
BERGSON, Henri, Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit (1896), Paris, Presses Universitaires de France, 1965.
BOISSINOT, Philippe, « Archéologie et incertitude », article issu de la table ronde « Incertitude et connaissances en SHS : production, diffusion, transfert » qui s’est tenue à la MSHS Sud-Est de Nice en juin 2014, publié sur le site du laboratoire « Traces » (UMR 5608), Nice, 2015.
CARAION, Marta, Usages de l’objet : Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2014.
CHKLOVSKI, Victor, L’ Art comme procédé (1917), traduit du russe et annoté par Régis Gayraud, Paris, Allia, 2008.
GUMBRECHT, Hans Ulrich, Éloge de la présence. Ce qui échappe à la signification (2003), traduit de l’anglais (États-Unis) par Françoise Jaouën, Paris, Libella – Maren Sell Éditions, 2010.
JURGENSON, Luba, L’Expérience concentrationnaire est-elle indicible ?, Paris, Éditions du Rocher, 2003.
KIŠ, Danilo, Le résidu amer de l’expérience, entretiens traduits du serbo-croate par Pascale Delpech, Paris, Fayard, 1995.
OLIVIER, Laurent, Le sombre abîme du temps. Mémoire et archéologie, Paris, Seuil, 2008.
PEREZ, Jean-Marie, L’archéologie : mutations, missions, méthodes (1997), Paris, Armand Colin, 2007.
RANCIÈRE, Jacques, Le Spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, 2008.
SAMOYAULT, Tiphaine, L’Intertextualité. Mémoire de la littérature (2001), Paris, Armand Colin, 2010.
SCHAEFFER, Jean-Marie, L’Image précaire. Du dispositif photographique, Paris, Éditions du Seuil, 1987.
TISSERON, Serge, Comment l’esprit vient aux objets, Aubier, 1999.
WAJCMAN, Gérard, L’Objet du siècle, Lagrasse, Verdier, 1998.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *